Entrepreneuriat et bénévolat: tout pour faire une différence!

« Faire une différence »: en affaires comme pour la cause, c’est souvent ce qui motive les entrepreneurs à se lancer.

Tout au long du mois d’août, je m’intéresse à la question de l’implication sociale des jeunes entrepreneurs en démarrage d’entreprise. Cette semaine j’interviewe Isabelle Moïse, nouvellement à son compte comme consultante en événementiel, marketing et communications. Son entreprise iMoïse Conseil ne s’implique pas encore dans la communauté, ne fait pas de marketing sociétal non plus. Mais, comment pourrait-on réellement dissocier l’entreprise de sa seule représentante?


teddy-562960_128025 à 40 h par mois

Isabelle Moïse, travailleuse autonome, s’implique depuis toujours. La santé en général, plus précisément celle des enfants, l’aide humanitaire, l’intégration et la culture sont les causes qui la mobilisent davantage.

Elle a, entre autres, passé les dix dernières années au sein du comité Lueur d’Espoir au profit de la Fondation de l’Hôpital Ste-Justine dont les 3 dernières comme présidente du comité.

Même depuis qu’elle est à son compte, elle accorde en moyenne 25h par mois aux organismes caritatifs qui lui sont chers. Cette implication peut augmenter à 40h par mois en « période de pointe ».

Il devient donc capital pour elle de conserver une balance entre son temps bénévole et son temps rémunéré.

« Mais je ne suis pas un cas d’exception! Je suis moi-même fascinée par l’énergie que les gens peuvent déployer pour une cause, quelle qu’elle soit. J’ai souvent côtoyé des bénévoles entrepreneurs ou travailleurs autonomes qui n’ont pas une minute à eux, vu de l’extérieur. Comme quoi on peut toujours trouver du temps pour ce qui nous tient vraiment à coeur!»

Avoir un impact

À l’heure de l’implication sociale, les motivations des bénévoles sont souvent les mêmes que les jeunes entrepreneurs en démarrage: sentir que leur apport va être utile et apprécié par leur communauté, aura un réel impact pour l’avancement d’une science, d’une industrie, aidera concrètement des gens et surtout, fera une différence!

Malgré la nature de ses mandats professionnels, Isabelle Moïse n’a par ailleurs jamais senti que ses activités bénévoles n’avaient eu de retombées sur le développement de ses affaires.

« Personne n’est contre la vertu, bien entendu, mais le bénévolat n’a jamais été, en ce qui me concerne du moins, un facteur d’embauche ou un argument pour convaincre des clients de m’accorder des mandats. Je ne fais pas de promotion dans mon porte-folio autour des événements pilotés dans le cadre de mes activités bénévoles, étant donné que ce n’est pas en tant « qu’iMoïse Conseil », que je les ai réalisés », précise-t-elle.

Bénévoles « salariés » VS bénévoles « entrepreneurs »

Au travers l’ensemble de ses activités de bénévolat, Isabelle a souvent eu à recruter des bénévoles. Elle témoigne:

« J’ai vu au fil du temps des différences entre les bénévoles « salariés » par rapport aux bénévoles entrepreneurs. En outre, et surtout lorsque l’organisme jouit d’une bonne visibilité médiatique, beaucoup de bénévoles postulent « pour le CV ». Ça se sent! L’opportunisme et le don de soi n’ont pas la même odeur! Ils n’investissent pas beaucoup de temps et sont plus « intéressés ».
Les bénévoles entrepreneurs, pour leur part, ont besoin de sentir un impact palpable, à très court terme. Il ne faut pas que ça niaise! Ils recherchent une implication qui leur permettra d’avoir un sentiment d’accomplissement rapide. La clarté du mandat donné à ces bénévoles et la qualité de l’encadrement de l’organisme offert à ces derniers vont d’ailleurs être déterminants pour la rétention de ce type de participants. »

Trier ses clients

L’inconfort éprouvé à travailler sur certains événements bénéfices (par exemple pour le compte de compagnies aux pratiques controversées, que l’on perçoit nous-mêmes comme réprimandables ) peut être très fort, particulièrement lorsque ceux-ci sont médiatisés et visent l’amélioration de l’image de ces compagnies. Interrogée sur le tri de ses clients, Isabelle rétorque:

« En entreprise, comme salarié, on n’a généralement pas la latitude de refuser de travailler sur un dossier. Si notre patron nous demande de collaborer avec un client à la réputation douteuse, on se tait et on le fait. Mais on n’en pense pas moins. En événementiel, le faste et l’opulence sont souvent affichés d’emblée, même valorisés, pour dégager une image corporative forte et prospère lors de soirées distinguées. Quand on est à son compte, on peut se permettre davantage d’être sensible à l’approche et aux valeurs de nos clients. Il est plus facile de refuser de s’associer ou de servir un client qui nous apparaît comme étant un mauvais citoyen corporatif, pour libérer notre conscience et être en phase avec nos valeurs. »


Vous pourriez aussi aimer:

S’impliquer, donner, même en période de démarrage?: mon entrevue avec Andry Lant Rakoto, fondatrice de Marclan, spécialisée en distribution de produits fins malgaches.

Start-ups et implication sociale: soutenir les causes chères à ses employés: mon entrevue avec Frédéric René, co-fondateur de Liki, qui offre des solutions de commerce électronique clé-en-main aux marchands.

Publicités

Finances et travail autonome: le prix des vacances!

La question du financement est abordée tout au long du mois de juillet sur le blogue Le feu sacré. Cette semaine, je discute avec Isabelle Moïse, à son compte depuis à peine un an comme consultante en événementiel, marketing et communications. Elle nous parle de son premier exercice de rapport d’impôts 2014 pour le compte de son entreprise iMoïse Conseil et de sa difficulté à prendre des vacances sachant le suivi administratif et financier toujours en suspend.


sea-67911_1280

Assurer son filet de sécurité

À son compte depuis à peine plus d’un an, la question du financement au démarrage, revêt, pour Isabelle Moïse, des allures de bootstrapping, principalement. Depuis qu’elle est en affaires, elle est beaucoup plus consciente et avisée de son budget personnel qu’avant. 

« Avant, comme salariée en couple avec un autre salarié, j’avais moins à me préoccuper des dépenses au quotidien. On pigeait dans notre « poche » commune, on était à l’aise, on ne faisait pas beaucoup de suivis par « catégorie de dépenses », comme je le fais maintenant que je suis seule à la barre. Je réalise que toute ma façon de dépenser a changé depuis l’aventure iMoïse Conseil. Je suis d’autant plus alerte au gaspillage, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Cela dit, je ne me prive pas pour autant et je me paye du luxe de temps en temps, mais je suis plus consciente de la dépense. J’apprécie d’autant plus les petits plaisirs que je me paye. J’ai toujours vécu à la hauteur de mes moyens, j’ai toujours eu conscience de l’argent et j’ai toujours valorisé le paiement de tous mes comptes.  Par contre, je ne suis pas toujours en train d’économiser pour « ma retraite » non plus. Si j’étais toujours en couple, je serais probablement moins en mode « boostrapping » parce que je serais moins angoissée pour la préserve de mon confort et mon indépendance financière. L’appui de l’autre permet définitivement un certain filet de sécurité financière», confie-t-elle.

Retirer un maximum de l’Impôt

Suite à sa première année complète à titre de travailleuse autonome, Isabelle s’en est finalement bien sortie avec l’impôt.

«  J’anticipais un peu les résultats finaux, puisque j’en étais à ma première année complète comme travailleuse autonome et que je n’étais pas certaine d’avoir conservé suffisamment de ressources pour le paiement de l’Impôt. De plus, je n’étais pas certaine du calcul des taxes. En définitive, j’ai réalisé avoir droit à plus de déductions que ce que je ne le croyais. Les lois fiscales varient beaucoup et je ne savais pas encore trop sur quel pied danser en termes de déductions possibles. Heureusement que j’ai une bonne comptable! Son apport a été crucial pour moi. Je recommande à tous, au moins pour la première année en affaires, de faire appel à un pro pour déposer des rapports fiscaux optimaux. Ne serait-ce que pour apprendre en accéléré sur les impératifs qui collent directement à notre situation», avise Isabelle.

Des affaires qui ne prennent pas de vacances!

Difficile de planifier des vacances quand on n’a personne à qui déléguer ses dossiers durant les temps d’arrêt, que les journées sont occupées 15 heures sur 24 et qu’on est plus concerné financièrement parlant.

Isabelle Moïse aligne cet été des escapades dans notre belle province et peut-être un petit tour sur le bord de la mer pour se ressourcer. Pour décrocher, Isabelle doit s’éloigner de la ville, elle doit impérativement partir de chez elle, sinon, elle reste toujours en mode ‘’travail’’, toujours prête à faire avancer certains dossiers ou à travailler sur de nouveaux projets. 

« L’inconvénient, en restant dans le coin, est que j’ai tendance à vouloir prendre de l’avance sur les aspects administratifs que j’aurais peut-être un peu négligés durant le reste de l’année. Dur, dur, d’éteindre son cellulaire! Le développement des affaires, entre autres, peut ralentir en période de production. Les périodes plus tranquilles seraient le moment de m’y attarder. En plus, comme mon bureau est à la maison, je suis confrontée visuellement à ma « petite pile » de choses en suspend dès que je prends une pause. Par contre, quand je quitte pour les vacances, je décroche instantanément. Même de simples sorties à la campagne me permettent de me ressourcer. Montréal a certainement beaucoup à offrir en terme de divertissement durant la belle saison, mais comme j’y habite et que j’en profite déjà tout au long de l’année, ce n’est pas en restant à Montréal que je peux faire la coupure», dit-elle.

Le temps de planification des vacances est également à prévoir à l’agenda, tout comme l’ajout de la catégorie « fun dollars » à notre budget, si on veut être capable de mettre de l’argent de côté pour les périodes plus creuses.

« En ce qui me concerne, je m’arrange pour arrêter dès que les clients partent en vacances. Je me calque un peu sur leur agenda! Aussi, j’en profite pour étirer certains déplacements à l’étranger quand c’est possible. Cet automne, ce sera le cas, puisque je serai en mission à Bordeaux pour le SIDIIEF. Des avantages agréables dont je compte bien profiter!» conclue-t-elle.


Vous pourriez aussi aimer:

Puisqu’on parle de vacances et des temps de pause pour les entrepreneurs, je vous suggère de lire Le corps, ce partenaire d’affaires capricieux, mon entrevue avec Frédéric René, co-fondateur de Liki, une startup de Montréal spécialisée en commerce électronique

Bonne lecture!

Karina Brousseau, éditrice

 

 

Mentor ou psy?

La dimension de mentorat et de coaching d’affaires a son importance dans la vie des jeunes entrepreneurs et travailleurs autonomes. Je m’attarde tout au long du mois de juin à cette dernière sur le blogue Le feu sacré. Cette semaine, Isabelle Moïse, consultante à son compte depuis 1 an et demie, nous avoue pourquoi l’option du mentorat ne lui convient pas, pour l’instant.


lighthouse-93487_1280

Le mentorat aux entreprises

Pas facile tous les jours d’être en affaires, on le sait!

Quand vient le temps d’aller chercher un regard extérieur sur nos activités d’affaires, les entrepreneurs ont de multiples options à leur disposition. Qu’on penche vers le coaching technique, le coaching de vie personnelle, le coaching de vie professionnelle, la consultation, le mentorat d’affaires, toutes ces options peuvent être pertinentes à différentes périodes, selon notre personnalité, les objectifs visés du moment et nos préférences en termes de « style » de support.

Andry Lant Rakoto, fondatrice des produits fins Marclan et Frédéric René, co-fondateur et CEO de Likisoft mentionnaient tous, deux dans leurs dernières entrevues, à quel point l’accompagnement de leur mentor d’affaires leur est précieux. Leurs mentors leur ont permis d’opérer des virages importants dans leur compagnie respective en les guidant dans leurs réflexions et en partageant avec eux leurs propres expériences afin de les aider dans leur conciliation entreprise-famille, entre autres.

Pour Isabelle Moïse, travailleuse autonome, le mentorat d’affaires s’avère effectivement une source de support intéressante. Elle-même présidente du comité Parrainage et mentorat du Réseau HEC pendant quelques années, elle pose un regard positif sur tout accompagnement entre une personne d’expérience et un jeune en démarrage d’entreprise. 

Cependant, elle ne perçoit pas que le mentorat d’affaires soit pertinent pour elle-même pour l’instant, n’en ressent pas encore le besoin, du moins.

Un 2e regard qui ralentit la prise de décision?

« À ce stade de développement de mon entreprise, tenir compte d’un regard extérieur d’un mentor ajouterait une certaine lourdeur à mon processus de décision. J’aurais l’impression d’ajouter une deuxième « couche », en dédoublant les réflexions, en ralentissant la mise en exécution. En consultant un mentor, j’appréhenderais aussi peut-être de me sentir obligée de mettre en pratique certaines de ses recommandations à différents niveaux. En tant que consultante, mon entreprise, c’est moi. Les décisions à prendre sont souvent reliées à mon expertise propre … », avance-t-elle.

De par sa nature, Isabelle tente toujours de trouver des solutions par elle-même, le cas échéant. Elle accorde plus de crédit aux gens qui suggèrent, qu’aux gens qui affirment. Elle apprécie les conseils, mais elle ne les applique jamais tels quels, les yeux fermés. C’est donc vers sa famille et ses amis de confiance, ses « conseillers personnels » et son réseau de collaborateurs professionnels qu’Isabelle va plutôt chercher des validations extérieures et du support, si besoin est.

« J’ai la chance d’être entourée d’amis de longue date, oeuvrant dans mon secteur ou dans des secteurs administratifs connexes, auprès de qui je me tourne régulièrement aussi pour prendre leur point de vue et ventiler. J’ai également un excellent réseau professionnel bâtit et entretenu au cours de tout mon cheminement académique et professionnel. Des gens d’expériences, issus de tous les domaines, vers qui je sais que je peux me tourner en période de questionnements. Je suis très bien épaulée et j’en remercie la vie! » dévoile-t-elle fièrement.

À chacun sa zone de compétence!

Les raisons pour aller chercher de l’aide dépassent celles reliées aux défis de gestion. Et, les raisons personnelles liées aux émotions ressenties au démarrage de son entreprise, les doutes ou les bloquants vécus en affaires, peuvent prendre racines bien au-delà du début de notre aventure entrepreneuriale. Si le besoin s’en faisait sentir, qu’elle ne pouvait plus « avancer par elle-même », Isabelle n’hésiterait pas à consulter un psychologue.

« J’ai eu recours à la consultation psychologique à différentes périodes de ma vie et j’ai retiré de ces rencontres un grand bien ainsi qu’une meilleure compréhension de moi-même. J’ai pu identifier mes outils intrinsèques, mes mécanismes de défense, mes paterns… En affaires, toutes nos décisions, notre façon d’aborder chaque problématique et notre développement global dépendent directement de ça! » avance Isabelle.

« Quelques fois, certains mentors deviennent malgré eux des psychologues et s’aventurent dans un accompagnement qui peut dépasser leur zone de compétences réelles. Cette ligne d’intervention peut être dangereuse à franchir, car un mentor maladroit pourrait, sans le vouloir, faire même du tord à son mentoré. Un bon mentor recommanderait à l’entrepreneur, lorsqu’il le jugerait nécessaire, d’aller plutôt consulter un psychologue », ajoute-t-elle.

Le coaching: valorisant pour le coach!

À l’instar d’Andry Lant Rakoto qui en faisait part dans son entrevue il y a deux semaines, Isabelle fait elle-même, par ailleurs, du coaching à l’occasion, bénévolement et de façon informelle.

«  C’est tellement gratifiant et surtout enrichissant d’aider les autres et de savoir qu’on contribue ne serait-ce qu’un petit peu à l’avancement d’un beau projet. Le coaching valorise nos connaissances et nous permet de léguer un peu de nos expériences. Je comprends que beaucoup de gens désirent s’adonner au coaching! Personnellement, j’ai toujours beaucoup de plaisir à conseiller des collègues ou des finissants au BAC, par exemple. On crée un lien particulier avec les gens que l’on coach, ça crée une proximité. Comme coach, je m’intéresse d’abord à la personne et ensuite à son parcours. Je pense que c’est la meilleure façon de se développer. Il faut apprendre à se connaître soi-même pour mieux avancer. Aussi, je m’intéresse toujours à la poursuite du parcours des gens que j’aide!» ajoute Isabelle.


Vous pourriez aussi aimer:

Mon entrevue avec Marie-Claude Élie-Morin, auteure du livre « La dictature du bonheur ». On discute des intrus dans l’industrie de la croissance personnelle et du coaching de vie personnelle et professionnelle.

À ne pas manquer la semaine prochaine:

Nouvelle thématique de juillet sur le blogue Le feu sacré: le financement en démarrage d’entreprise!

Donc, c’est un rendez-vous!

Karina Brousseau, éditrice

Des émotions qui propulsent les affaires

J’adore l’analogie du marathon pour décrire le parcours entrepreneurial et le cheminement personnel. Les entrepreneurs sont effectivement des coureurs de fond. Et, les affaires, c’est aussi une question d’endurance. Que ce soit en tailleur et cravate ou en tenue sportive, les « coureurs » doivent bien se préparer et s’entraîner, se commettre à 100%, partir du bon pied, en confiance, et surtout, gérer leurs énergies pour durer tout au long de la route. Comme pour un marathonien, la préparation émotive et psychologique de chacun est cruciale en démarrage d’entreprise. Les « couleurs émotives » et les prédispositions mentales teinteront la prise de décisions.
Cette semaine, je vous présente mon entrevue avec Isabelle Moïse, consultante en marketing événementiel et communications. 
J’aborde avec elle la gamme des émotions ressenties depuis le début de sa « course », depuis qu’elle est à son compte, sous iMoïse Conseil.


color-run-698417_1280

Courser quand on est fin prêt!

Isabelle Moïse l’admet d’entrée de jeu: elle n’aurait certainement pas pu partir à son compte il y a 10 ans. Désormais plus expressive, moins naïve, plus assumée, elle se considère plus tempérée dans ses réactions, plus mesurée. Elle écoute davantage avant de donner son opinion. Diverses expériences de vie personnelles, le marché du travail, des voyages autour du monde aussi, auront su nourrir sa confiance en elle et sa maturité.

Respecter son rythme, prendre régulièrement son pouls

Pour Isabelle, la question des émotions en affaires est d’autant plus pertinente qu’elle offre ses services de consultante. Comme elle est en quelque sorte son propre produit, son stress ou ses humeurs se reflètent automatiquement dans la mise en oeuvre de ses mandats. Elle y est donc très sensible.

Travaillant souvent de chez elle, seule, elle n’a plus à maquiller autant ses états d’âme au quotidien pour des collègues. Elle est plus connectée à ses émotions et se laisse imprégner davantage de ces dernières, pour son plus grand bien-être.

« En entreprise, même si on est habituellement invité de bonne foi par nos patrons à verbaliser nos sentiments, il est tout de même de mise de contrôler davantage ses élans émotifs et de gérer les perceptions de nos collègues quant à nos vulnérabilités. C’est aussi une question de civisme et de respect envers les autres. Ces derniers n’ont pas à subir tous nos aléas émotionnels. Chez soi, on peut plus se laisser aller, on est moins « dans le contrôle ».  On peut voir cela comme un des avantages à travailler de la maison!», plaisante-t-elle.

Gérer ses émotions, gérer ses énergies, écouter son corps… et son esprit

Depuis qu’elle s’est lancée en affaires il y a un an, l’émotion qui l’a le plus surprise est sans conteste l’angoisse, la peur de l’échec et par ricochet, celle de décevoir les autres.

Cette peur entraîne parfois chez Isabelle des comportements perfectionnistes. Isabelle reconnaît qu’elle veut plaire et vise à livrer en tout temps ses mandats à la hauteur des attentes de ses clients.  Elle travaille donc sans compter ses heures de travail et met les bouchées doubles si nécessaires. La fatigue la guette. Heureusement, elle en est bien consciente.

« J’ai eu une grosse grippe au début de l’année et je fais régulièrement de l’insomnie. Ça ne m’arrivait jamais avant. Je réalise qu’il faut faire attention », mentionne-t-elle.

Des émotions qui ralentissent la course

Certaines personnes de nature très confiante peuvent, à la suite de succès, développer un sentiment de toute-puissance. L’enthousiasme des pairs à l’égard de leur offre et l’obtention d’une soudaine reconnaissance publique peuvent entraîner un ego trip chez les entrepreneurs aux tendances narcissiques. Des projets mégalomanes voient alors parfois le jour et peuvent les mener à leur perte.

À l’inverse, les émotions négatives peuvent également dégénérer selon la personnalité des entrepreneurs.

« Quand on est seul, on peut avoir tendance à manquer de perspective, à douter, à « empirer » les faits, à déformer la réalité. L’entourage et la famille sont alors précieux pour nous aider à ramener les choses à leurs proportions réelles. Il ne faut pas donner prise à nos tendances paranoïaques, exacerbées par les moments de fatigue. Ventiler et prendre le point de vue des gens de confiance autour de nous aident énormément en ce sens », explique Isabelle.

Savoir se relever et visualiser les prochaines étapes

L’expérience du deuil aide à s’outiller pour faire face à d’éventuels échecs en affaires. 

« Quand on vit un échec en affaires, on passe sensiblement par les mêmes phases que lorsqu’on vit un deuil: le choc et le déni, la douleur et la culpabilité, la colère, le marchandage, la dépression, la reconstruction et l’acceptation. Quand on a déjà vécu un deuil – dans mon cas, c’était celui d’une relation – on est déjà un peu plus familier avec nos mécanismes de défense à travers les étapes de deuil. On comprend mieux ce qui nous bloque et on visualise plus facilement les portes de sortie. On a des attentes plus réalistes aussi par rapport au temps que l’on s’alloue pour passer à autre chose », confie-t-elle.

Faire de nos peurs notre moteur et être indulgent envers soi

Seule maître à bord chez iMoïse Conseil, tout repose sur ses épaules. Cette pression constante lui pèse toujours, mais elle la gère de mieux en mieux chaque jour.

« La peur de l’échec et la peur du jugement sont devenues pour moi des moteurs. Ces peurs m’obligent à toujours être en mode solution. J’ajouterais même que mon récent célibat a également alimenté cette approche. Je suis « à cheval » entre la route des affaires et mon cheminement personnel. Mes émotions positives me propulsent à tous les niveaux. Le fait de ne pas avoir trop d’attentes précises en termes de résultats m’aide à ne pas être trop déçue ou d’avoir un sentiment d’échec si des « étapes » sont franchies avec moins d’éclat que d’autres. C’est un « flou artistique » qui me dessert bien présentement étant donné que je n’en suis qu’à ma première année en affaires. Ça me rend plus indulgente face à moi-même», ajoute-t-elle.


Vous pourriez aussi aimer:

Le corps, ce partenaire d’affaires capricieux:  Le corps est aux premières loges des démarrages d’entreprises. Mon entrevue avec Frédéric René, co-fondateur de Likisoft. Il se confie sur la question de la somatisation et de la gestion du stress en affaires. 

À ne pas manquer mardi prochain:

Collaboration spéciale: Mélanie Heyberger, entrepreneure et co-fondatrice chez Le coffret de Rachel. Elle témoignera de son expérience dans « l’ascenceur émotionnel » dans lequel l’a entraînée le démarrage de sa compagnie, il y a à peine 8 mois!

Aussi, le point de vue d’une mentor chevronnée, Solange Côté, ASC, qui nous partagera ses observations sur la question des émotions en affaires.

Donc, c’est un rendez-vous!

Karina Brousseau, éditrice 

 

Dossier auto-promotion : avoir le sens du punch et les réflexes de publier

L’auto-promotion revêt une couleur particulière selon, entre autres, la personnalité des entrepreneurs. Pour certains, l’auto-promotion représente plutôt un mal nécessaire, un exercice obligatoire, alors que pour d’autres, c’est l’opportunité de briller, d’étendre ses horizons et… la portée de son micro! C’est le cas d’Isabelle Moïse, consultante à son compte depuis 1 an. On aborde ensemble la question du branding personnel à travers son utilisation massive des réseaux sociaux et les réflexes communicationnels qu’ils sous-entendent pour y être remarqué.    


Des réseaux et des perceptions

Isabelle Moïse a les communications dans le sang. Enfant, elle jouait même à la journaliste, interviewait ses voisins, écrivait ses « articles » pour ensuite « publier » à ses amis ses textes copiés à la main. Il y a belle lurette qu’elle a adopté les réseaux sociaux et ils sont devenus, depuis, pratiquement des extensions d’elle-même, des plateformes désormais presque vitales pour s’exprimer.

Isabelle s’active depuis longtemps sur LinkedIn via des groupes de discussion, sur Facebook (page personnelle et page d’entreprise) et, par-dessus tout, sur Twitter, où elle tweete plusieurs fois par jour, autant sur les sujets qui la passionnent personnellement (la politique, les arts et la culture, la santé et le cinéma) que sur les sujets qui passionnent ses clients et ses abonnés (les sujets se recoupant, par la force des choses).

Isabelle Moïse

Isabelle Moïse

Pour elle, LinkedIn n’est pas un outil convivial pour échanger. C’est encore comme un « gros annuaire ». Malgré le fait qu’elle fasse partie de plusieurs groupes de discussions, elle se sert de cette plateforme surtout pour afficher son background, ses recommandations de compétences et pour créer des contacts. Elle n’y commente pas l’actualité et se contente, jusqu’ici, de partager des articles et des liens.

En revanche, pour ce qui est de Facebook, elle utilise la plateforme quotidiennement pour connecter avec ses abonnés et amis proches. Sur Facebook, elle a l’habitude de partager ses impressions, son opinion, les articles qui l’ont touchée. Cela dit, elle reste toujours de bon ton voulant beaucoup plus faire réfléchir ses lecteurs que les faire réagir. C’est également pour elle l’occasion de témoigner son intérêt envers leurs activités, de s’intéresser à son réseau amical, comme on le faisait, dans le « bon vieux temps », téléphone à la main.

Les abonnés à sa page Facebook d’entreprise sont d’ailleurs des amis relativement proches également. Sa page d’entreprise n’a pas encore généré un bassin d’abonnés reliés véritablement à ses activités d’affaires. Sa communauté est pratiquement la même que sur sa page personnelle, juste moins imposante. Elle envisage toutefois une recrudescence d’abonnés lorsque son site web sera en ligne.  Aussi, Isabelle l’admet:

« Facebook compense présentement pour l’absence de mon site web qui comprendra éventuellement un volet blogue. C’est la plateforme la plus accessible et permissive pour élaborer, étoffer et nuancer mes propos, quelqu’en soit le sujet, puisqu’on n’est pas limité dans le nombre de caractères, entre autres.»

Par ailleurs, Twitter a pris une ampleur inespérée pour Isabelle, particulièrement depuis qu’elle l’utilise systématiquement pour suivre et commenter les grands événements médiatisés. Les campagnes électorales tant locales qu’internationales, les débats médiatiques, les soirées culturelles comme les Jutra, les manifestations diverses et tutti quanti, Isabelle est de ceux qui bouffent du hashtag au petit-déjeuner tout en lisant les actualités. 

« Pour moi, Twitter, c’est LA plateforme pour suivre les tendances, s’informer de l’actualité et des mouvements d’opinions, donner son avis, même rigoler et échanger avec des gens partout sur la planète avec qui je n’aurais peut-être jamais pu échanger en d’autre temps et lieu. La démocratisation des relations permises par cet outil est extraordinaire, on sent vraiment qu’on fait partie du village global. Pour établir son branding personnel lié aux activités d’affaires, c’est vraiment efficace », argumente-t-elle.

Avoir le sens du punch et les réflexes de « publier »

En quelques mois à peine, Isabelle intéresse déjà plus de 1200 abonnés sur Twitter.

« Moindrement qu’on a le sens du punch, de la formule efficace et qu’on sait synthétiser notre pensée, on peut intéresser les gens et se bâtir rapidement une réputation, afficher nos valeurs, nos positions et attirer une communauté intéressante et intéressée. Je n’hésite pas à me mouiller, être plus affirmée que sur Facebook. C’est dans ma nature de toute façon: j’ai toujours été assez engagée, politisée, incisive », mentionne-t-elle.

Cette discipline peut être fastidieuse et rébarbative pour ceux qui ne manient peut-être pas les mots aisément.

« Pour ma part, j’adore écrire, depuis toujours et les communications, c’est mon métier. J’ai développé le réflexe de « contribuer » à Twitter, de publier en ligne, de me servir de mon téléphone pour réagir en toutes circonstances… », avance-t-elle.

Sortir de chez soi et avoir quelque chose à dire

Nouvellement célibataire, Isabelle s’explique sur la fréquence de ses publications dans les réseaux sociaux :

« Depuis que j’ai plus de temps pour moi, je sors plus. Je n’ai jamais été particulièrement casanière et je préfère quand ça bouge, être dans le feu de l’action. J’adore participer à des événements culturels, rencontrer des gens, participer à des conférences, suivre des formations,  garder le contact avec des clients ou amis. J’ai aussi plus de temps pour participer à des causes qui me rejoignent telles que Lueur d’espoir et Impulsion-Travail. Mes publications dans les réseaux sociaux se sont multipliées… J’ai plus de choses à raconter! »

Des sujets éparses et un branding de généraliste

Pas de stratégie de contenu dans les réseaux sociaux ni de calendrier de diffusion pour Isabelle Moïse! Les publications de ses billets se font de façon intuitive et spontanée. Comme dans la vie de tous les jours, les thèmes abordés par Isabelle sont aussi variés que ses intérêts. Cette « diversité de contenu » peut sous-entendre en contrepartie qu’elle n’a pas d’abonnés très nichés.  Elle se qualifie elle-même de généraliste. Des abonnés de tout acabit et de tout horizon la suivent.

Certains abonnés qui la suivent pour un sujet précis abordé dans le passé pourraient parfois penser qu’elle n’est pas focalisée, tweetant autant sur la politique que sur le cinéma, à titre d’exemple. Mais Isabelle endosse totalement cette perception, car justement elle souhaite tabler sur la diversité de ses intérêts.

« Je suis contente de mon image, de ma e-réputation. Elle est représentative de qui je suis, personnellement et professionnellement. Mes pages de profil, quels qu’en soient les réseaux, sont de belles cartes de visites. Je crois que j’ai atteint un bel équilibre présentement par rapport au temps que j’y investis et aux retombées de ces efforts sur mon image », confie-t-elle.


Vous pourriez aussi aimer:

Mon entrevue avec l’entrepreneure aux 1000 chapeaux et bonze des réseaux sociaux Kim Auclair.

À ne pas manquer la semaine prochaine:

Nouvelle thématique: le spectre des émotions vécues lors d’un démarrage d’entreprise.
Les 3 entrepreneurs suivis dans le blogue Le Feu sacré en ont tous très long à raconter à ce sujet. Les entrevues dévoileront entre autres à quel point le fait de démarrer son entreprise peut nous confronter à nos limites psychologiques. A lire absolument!

Merci de nous suivre et merci pour vos commentaires!

Karina Brousseau, éditrice du blogue

PS: Vous aimeriez participer comme commentateur à l’occasion d’une thématique qui vous interpelle? N’hésitez pas à me contacter!

Connection + cloud + cybersécurité = un trio encore souvent boiteux sur le terrain

shutterstock_131635730

Dans le milieu de l’événementiel, du marketing et des communications, les technologies ont beaucoup évolué depuis une dizaine d’années. Les applications facilitant la vente de billets virtuels, l’organisation des événements et la gestion de leurs invités, la gestion de dons ou la tenue de conférences en ligne et webinaires, entre autres, se sont multipliées. Isabelle Moïse, en sait quelque chose puisqu’elle oeuvre depuis plus de 15 ans dans le milieu de l’organisation d’événements corporatifs, notamment. Régulièrement en déplacement, en consultation, au bureau de ses clients ou sur le terrain, durant ses congrès ou autres événements, ses habitudes de travail ont entraîné une augmentation de son usage du cloud.

Confiance et cybersécurité VS connection

Quand on lui parle de son usage du cloud et de la confiance qu’elle lui porte pour ses activités d’affaires ou pour stocker des fichiers, Isabelle rétorque: « Ce n’est pas tant une question de confiance au web, mais plutôt une question de confiance en la connection web et à la fiabilité du réseau!». Même en 2015 où la plupart des grands centres offrent une bonne connection wi-fi, une série d’irritants peuvent faire en sorte que l’on ne puisse pas accéder (assez) rapidement à nos données, voir même pas du tout. Pour ne pas y être tributaire, elle multiplie les copies de dossiers sur ses différents serveurs ou appareils (disque dur externe, laptop, cloud, etc.).

«Quand on est en événement à l’étranger, par exemple, on n’est pas toujours certain à quel point la connection sera facile à établir ou si notre ordi va nous « lâcher ». L’obtention de codes pour profiter du réseau local, les settings de notre ordinateur, la durée de nos piles, le type de bâtiment où se tiennent physiquement les événements (en béton, par exemple) et leur position géographique (loin des grands centres) …, tout peut être prétexte aux problèmes de connectivité. Je prends toujours des précautions, et j’imprime aussi mes dossiers cruciaux sur papier, sinon, ça peut parfois être fatal pour le bon déroulement des événements! » détaille-t-elle.

Des outils qui ont la cote en gestion d’événements

« Généralement, ma confiance aux outils et aux applications web-based vient avec l’usage qu’en font mes homologues, mes partenaires ou encore mes clients. Et plus le besoin se fait sentir pour les nouveaux outils en ligne, plus on veut faire confiance aux outils! J’attends souvent d’être référée à certains outils avant de les utiliser et je prends en considération le niveau de confort de mes acolytes pour en faire l’usage. Je ne suis pas de ceux qui vont au devant des tendances et qui recherchent d’emblée des solutions web à tout prix pour leurs activités de gestion», précise Isabelle.

Pour ses besoins d’affaires, c’est le côté pratique qui dicte avant tout son utilisation régulière des outils suivants:

Eventbrite, pour la gestion des inscriptions à un événement unique: « Super facile à utiliser et très pratique, mais pas pour les congrès, car ça devient rapidement insuffisant. La question du « secrétariat » offert par les outils – service à la clientèle pour gérer les changements de programmes lors de congrès, modification des inscriptions ou gestion des bases de données – ont également leur importance dans le choix de ces outils », ajoute Isabelle.

Doodle, pour déterminer la date et l’heure idéale d’une rencontre avec plusieurs invités: «  Un must! On sauve un temps fou pour trouver les plages horaires disponibles pour tous! »

Wetransfer, pour le transfert de fichiers lourds: « … idéal pour envoyer des maquettes, des photos ou vidéos d’événements, entre autres! »

Evernote, pour la prise de notes lors de rencontres avec des clients ou sur le terrain avec son ipad: «  C’est super, car ça synchronise tout avec mon laptop… »

Travailler directement sur le cloud n’est pas encore dans la routine, d’Isabelle. Elle apporte plutôt son laptop pour aller chez les clients. Par contre, elle n’aime pas transporter son laptop sur le terrain, en événement. Elle accédera à ses fichiers sur Dropbox avec son iPad, moins encombrant.

« Je fais une utilisation ponctuelle du cloud, mais je retire ensuite les fichiers déposés, car ça devient rapidement l’enfer de gérer tous ces doublons de fichiers et ça dédouble le classement de ces derniers. Mais pour un plan de salle, le scénario ou l’horaire d’un événement, je le fais sans problème », explique-t-elle.

Du côté personnel

Comme des milliers d’entre nous, Isabelle Moïse était très méfiante, jadis, à utiliser sa carte de crédit en ligne, mais a, depuis 10 ans, peu à peu laisser tomber la garde vis-à-vis l’utilisation du web; elle fait confiance aux institutions bancaires pour protéger ses transactions et défendre ses intérêts en cas de recours. Elle effectue donc ses transactions en ligne et procède à des achats également.

Nul besoin d’outils de gestion de mots de passe pour l’instant: elle est capable de se souvenir de ces derniers.

Elle n’utilise pas d’extranet ni d’intranet non plus, puisque ses effectifs ne le justifient pas encore.        

Comme elle fait sa comptabilité avec de bons vieux fichiers excel, et qu’elle fait sa facturation à la main, elle n’utilise pas non plus de logiciel de comptabilité particulier pour l’instant. Mais éventuellement, elle verrait d’un bon oeil d’utiliser une appli comptable en ligne.

Sondage-éclair:

————

À ne pas manquer mardi prochain:

Mathieu Decelles St-Pierre, programmeur et entrepreneur originaire de Montréal présentement basé à Baltimore, nous met en garde contre nous-mêmes et vulgarise plusieurs notions essentielles à l’usage adéquat du « cloud » en affaires.

Donc c’est un rendez-vous,

Karina Brousseau, éditrice du blogue Le feu sacré

Dossier B2B: David et Goliath font bon ménage comme partenaires d’affaires!

photo Catherine Beauchemin

Catherine Beauchemin

Les jeunes entrepreneurs pensent parfois qu’il y a nécessairement un rapport de force inégal entre grandes et petites entreprises, à l’heure des négociations. J’ai pour ma part souvent eu à négocier avec des startups dans le cadre de mon expérience en fusions & acquisitions pour de grandes entreprises, et je crois qu’il faut s’éloigner de cette perception. Il est important pour les jeunes entrepreneurs de bien se préparer, s’entourer de conseillers d’expérience et avoir confiance en leur offre! Bien sûr, un manque de capital, par exemple, ferait pencher la balance du pouvoir.

Mais il est possible qu’une jeune entreprise ait une offre unique qu’une grande entreprise ne peut trouver ailleurs, alors dans ce contexte, ce sont eux qui pourraient bénéficier d’un rapport de force dans le cadre de leurs échanges.

Lorsque je négocie, je reviens souvent à quelques principes de base. En voici 7 qui m’ont toujours bien servie et qui permettent aussi de bâtir des relations plus solides à long terme:

  1. Pratiquer l’écoute active: posez des questions et adaptez-vous au style des intervenants. Il est essentiel de comprendre les objectifs de votre contrepartie. Il faut donc écouter son éventuel partenaire avec un désir sincère de le comprendre, pour faire ressortir leurs intérêts et inquiétudes. C’est la meilleure façon de trouver des termes qui répondront à leurs besoins et pourront mener à une conclusion gagnante pour tous.
  2. Choisir ses batailles: ne tentez pas de gagner à tout prix! Il faut faire preuve de maturité et focaliser sur ce qui compte réellement. Le succès d’une transaction repose surtout sur le respect des besoins de chacun et la préservation de leur intégrité. Lorsqu’on négocie avec un partenaire, on veut bâtir une relation de qualité et maximiser la valeur à long terme plutôt qu’un bénéfice à court terme!
  3. Gérer ses émotions: dirigez-les là seulement où ça peut être productif dans la poursuite de votre objectif. J’ai déjà fait affaire avec un partenaire potentiel qui n’était pas heureux du prix proposé, lequel était toutefois la meilleure offre possible selon nous. Sous le coup de l’émotion, il désirait fermer définitivement la porte à nos discussions pour se tourner vers une autre alternative. Je me suis toutefois assurée de faire preuve d’empathie et ne pas briser les communications. Lorsque le vent a tourné et que son autre partenaire a révisé le prix à la baisse, il savait que notre porte était encore ouverte et nous avons pu conclure une entente sur des bases plus solides.
  4. Être un bon juge de caractère: soyez à même de juger du sérieux des offres reçues. Si votre proposition n’a été étudiée qu’en surface, surtout n’octroyez pas d’exclusivité. En référence à l’exemple mentionné plus haut: parfois un partenaire peut faire miroiter une offre alléchante pour obtenir une exclusivité, éloigner la compétition et ensuite réviser son prix à la lumière de validations plus approfondies. Par opposition, un autre joueur pourrait avoir effectué un travail plus diligent et offrir des termes plus justes. Donc si c’est trop beau pour être vrai: ne soyez pas dupe!
  5. Jeter l’ancre en premier: faire la première offre peut être une stratégie gagnante si elle permet de définir les règles du jeu. À moins que vous ne croyez que l’autre partie ne valorise beaucoup plus l’objet d’échange que vous.
  6. Rechercher des solutions: aborder les divers conflits rencontrés, non pas comme un rapport de force, mais plutôt comme des problèmes à résoudre en misant sur la créativité et la participation de tous les intervenants.
  7. Investir du temps dans la préparation:
  • Personnalisez vos propositions;
  • Informez-vous via votre réseau ou lors de vos échanges à propos de votre compétition (les solutions de rechanges de l’autre partie, ou en anglais le “BATNA”);
  • Soyez prêts à présenter vos résultats de façon réfléchie et assumée. Si la situation justifie la divulgation de vos états financiers (si la viabilité financière de votre entreprise est critique dans le contexte de votre entente), alors préparez-vous en conséquence. Parfois le portrait ne rend pas justice aux perspectives d’une jeune entreprise, alors une autre option pourrait être de démontrer le soutien financier dont vous bénéficiez via diverses sources de capital.

Je constate que les 3 entrepreneurs du blogue Le feu sacré s’appuient naturellement sur des fondements semblables et certainement universels en matière de négociation raisonnée!
Comme illustré dans leur dernière entrevue respective portant sur le B2B, Frédéric chez Likisoft fait preuve d’une excellente maîtrise dans l’art de l’écoute active, Andry chez Marclan mise sur la préparation et des arguments calculés, et finalement Isabelle chez iMoïse Conseil connaît bien sa compétition et sait comment se différencier!

Bonne chance à tous dans vos démarches de négociation et bonne continuité!

———

Et vous, qu’en pensez-vous?

À ne pas manquer jeudi cette semaine:

Des pros de différents secteurs d’activités conseillent les jeunes en démarrage d’entreprise et prodiguent des conseils-clés pour maximiser le succès des ventes et des négociations B2B.
Voyez ce qu’en pensent Kim Auclair, Mariam Tounkara, Jean-Marc Gauthier, Patrick Leroux

Donc, c’est un rendez-vous!

Karina Brousseau, éditrice du blogue