Une culture de l’excellence est-elle nécessaire à la prospérité du Québec?

jazz-199546_1920

Au bout de notre art

La question de la culture de l’excellence me vient à l’esprit suite au visionnement de l’excellent film américain Whiplash, dans lequel un jeune étudiant virtuose, un batteur jazz, est poussé psychologiquement, et même physiquement, au bout de son art par un professeur de musique renommé, à la fois tyrannique et manipulateur. Le musicien met tout en oeuvre pour se démarquer du reste des étudiants. Il laisse même tomber sa copine pour être certain de se concentrer sur l’atteinte de son but: devenir le prochain Buddy Rich, l’un des plus grands batteurs au monde, toutes catégories musicales confondues.

 

Deux concepts principaux sont abordés par le réalisateur: l’abus de pouvoir par la figure d’autorité, bien sûr, mais surtout, l’ambition et l’excellence, le dépassement de soi pour s’illustrer et réussir à vivre de son art.

Devenir les « plus » prospères

Je me suis demandé, à l’instar du personnage principal du film, si l’idée de devenir « les plus prospères » pouvait ou devrait nous habiter, collectivement?

  •             La « culture de l’excellence » ne serait-elle pas nécessaire à notre prospérité? Est-elle suffisamment présente, suffisamment véhiculée via les institutions d’enseignement ou via l’ensemble de toutes les institutions porteuses de valeurs communes au Québec? 
  •             Qu’est-ce qui affecte le niveau d’intérêt que l’on porte à cette valeur ou qui en ralentit la propagation?
  •             Est-ce maladroit ou non de dresser un parallèle entre l’ambition et la recherche de l’excellence sur le plan individuel avec l’atteinte d’une prospérité collective maximale?
  •             Est-ce que l’excellence est actuellement considérée un luxe au plan sociétal ?
  •             Quels sont, en 2016, les meilleurs modèles de sociétés, ceux qui équilibrent le mieux leurs ressources ou ceux qui excellent dans le plus grand nombre de secteurs?
  •             Ces visions nobles sur l’excellence, si elles nous définissent, sont-elles transmises à tous les groupes composant la société? Sont-elles maximisées par toutes les communautés? Font-elles consensus ?

Prospérité et immigration

Pour ma part, une chose m’apparaît évidente : l’accroissement de la prospérité du Québec passe nécessairement par l’adhésion du plus grand nombre de Québécois à l’idée d’exceller, de se dépasser à la fois sur le plan collectif et non seulement sur le plan individuel.

Par conséquent, il est urgent d’exceller dans notre façon d’inclure l’apport des communautés immigrantes dans nos efforts de prospérité collective. En effet,

 « (…) parmi les personnes immigrantes admises au Québec de 2003 à 2012, seulement 75,7 % étaient encore établies au Québec en 2014 et ce taux atteint 30,1 % dans la catégorie des gens d’affaires[1]. »

Le taux de chômage élevé chez les immigrants, la faiblesse du taux de rétention des immigrants, les complications liées à la reconnaissance de compétences et à l’équivalence des diplômes des immigrants ainsi que leur intégration aux ordres professionnels ne sont pas étrangers à ces chiffres désolants.

L’entrepreneuriat, la productivité, la création de richesse et le développement durable sont les conditions nécessaires à l’accroissement du niveau de vie de l’ensemble de la population. (Source: https://www.cpq.qc.ca/wp-content/uploads/2015/01/memoire290115b.pdf)

En ce sens, le support accru des initiatives entrepreneuriales des immigrants est nécessaire.

Il faut les aider davantage à forger leur réseau de contacts, à briser leur isolement, à les supporter dans leur apprentissage des codes et dynamiques des relations d’affaires, des valeurs particulières des marchés locaux qu’ils investiront.  Il faut conjuguer nos efforts plus concrètement pour maximiser nos chances d’atteindre de nouveaux sommets d’excellence en terme de prospérité collective.

Et vous, qu’en pensez-vous?

Beaucoup de questions pourraient s’ajouter à cette liste et beaucoup de réponses seraient évidemment valides et discutables pour chacune d’entre elles. J’ai hâte de vous lire… ; )

Karina Brousseau

 

[1] Gouvernement du Québec. Recueil de statistiques sur l’immigration et la diversité au Québec. 2014.

Petits et grands bonheurs pour tous !


angel-564351_1920

Le temps des Fêtes est à nos portes et je tiens à souhaiter à tout le monde du repos, du bon temps en famille et entre amis, la santé et la prospérité et surtout d’innombrables petits et grands bonheurs qui font que la vie est si extraordinaire!

J’en profite également pour remercier chaleureusement à nouveau les 3 entrepreneurs (Frédéric René, Isabelle Moïse et Andry Lant Rakoto) qui se sont laissés suivre par moi, durant 1 an, dans les aléas de leur démarrage d’entreprise, puis tous les commentateurs et participants au blogue Le feu sacré cette année! C’est grâce à l’apport de tous et chacun que l’expérience de blogue fût si riche. J’espère que les affaires prendront un nouvel envol en 2016 et qu’elles vous amèneront des défis à votre mesure !!

Merci également aux lecteurs qui ont suivi le blogue avec fidélité au cours des derniers mois.

Des petites nouvelles en passant…

Pour ma part, l’année 2015 en fût une de nouveaux défis !

L’expérience du Feu sacré m’a amenée à participer au blogue Prospérité Québec, une initiative du Conseil du patronat du Québec.
J’ai obtenu ma certification en Inbound marketing et j’ai pu mettre à profit ces nouveaux apprentissages dans le cadre de mandats variés.
J’ai travaillé sur différents contrats passionnants (stratégie de contenus, édition de sites et blogues WordPress, rédaction, gestion de projets numériques, etc.).
Une première expérience en gouvernance m’a également été offerte; j’ai commencé à siéger comme administratrice au sein du conseil d’administration de l’organisme Option consommateurs.
Finalement, j’ai bâti une offre de cours en marketing numérique, cours que j’adresse aux travailleurs autonomes et aux entrepreneurs issus de milieux extérieurs au marketing et à la gestion numérique. L’enseignement est un volet de mon parcours professionnel que je tenterai définitivement de pousser davantage dans le futur, en parallèle avec mes activités, car j’y prends un plaisir fou.

Alors voilà! Joyeuses Fêtes encore une fois, et bonne année 2016 !!!

Karina Brousseau

Éditrice du blogue Le feu sacré

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Confessions d’une nouvelle blogueuse

Karina Brousseau

Karina Brousseau

Un an à parler d’entrepreneuriat!

Voilà déjà un an que j’ai démarré le blogue Le feu sacré.  En cette fin d’été 2015, l’heure est au bilan de ma toute première expérience d’édition et de blogue. Voici donc 6 confessions et anecdotes pouvant être utiles à ceux et celles qui désirent démarrer un blogue.
Au-delà des apprentissages et des impératifs de référencement, de mots clés, de stratégie et de promotion dans les réseaux sociaux déjà documentés de long en large par des centaines d’auteurs reconnus et publiés en ligne, je vous fais part aujourd’hui de mes constats touchant davantage l’aspect personnel du travail de blogueur et d’édition.


1- Bloguer, c’est du boulot!!

La préparation des entrevues, mener les entrevues, la rédaction des articles (plus ou moins 900 mots) suite aux entrevues, la révision, l’édition des articles dans la plateforme d’édition du site de blogue (CMS),  la publication et la promotion de ces billets dans les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google +,  prend du temps et de la rigueur.

Le blogue m’a demandé un investissement en temps de plus ou moins 8 heures par semaine. Faites le calcul! Et c’est sans compter le temps alloué à monter le site web avec WordPress et à planifier le modus operandi avec les entrepreneurs, la gestion des accès à la plateforme du blogue, puis la prise de contact avec les multiples intervenants sur le blogue. Il faut le savoir pour s’engager sur le long terme et planifier le tout en connaissance de cause.

2- Ne pas sous-estimer les efforts d’édition et d’accompagnement des contributeurs extérieurs

Donner le ton à un blogue, assurer une constance dans le style rédactionnel, réviser nos propres textes demande du temps, bien entendu. Cependant, impliquer des contributeurs extérieurs demande d’autant plus de suivi. À titre d’exemple, réviser la syntaxe d’un texte qui a été pondu par quelqu’un d’autre tout en s’assurant de conserver l’essence et le ton de son propos peut être plus long parfois que de rédiger le tout soi-même de bout en bout. Il est donc important d’en tenir compte lorsqu’on planifie le temps accordé au blogue chaque semaine, même si c’est l’article d’un contributeur qui est planifié au calendrier de publication.

3- Prendre son « mal » en patience

Je le savais, j’espérais (…) mais, je n’y ai pas fait exception: le trafic et les commentaires ont pris, pour moi aussi (!), du temps à venir. J’ai vu une évolution des statistiques après 5 mois. C’est parfois vraiment frustrant de travailler si fort et de voir que peu de personnes commentent les articles, « s’engagent » avec le blogue. Mais il ne faut pas lâcher. À partir du 5e mois, j’ai vu le nombre de visiteurs uniques du blogue doubler!

Aussi, c’est important de tenir en compte les commentaires et les marques d’appréciation qui s’expriment en dehors de la plateforme du blogue. Par rapport au blogue Le feu sacré, globalement, peu de gens ont commenté sur le site, mais j’ai réussi à me faire une foule de contacts et j’ai reçu plusieurs commentaires positifs notamment sur LinkedIn, à titre d’exemple.

4- Faire preuve d’humilité!

La modération des commentaires pour un client, une communauté web, une page corporative sur les réseaux sociaux, un produit, ou un service, dans un but professionnel, est vraiment plus facile à faire que la modération des commentaires touchant directement notre « plume », « nos » articles.

Quand on écrit un blogue, c’est évident, on s’expose à la critique. Cela fait partie du jeu, c’est tacite et c’est accepté d’emblée. Par contre je l’avoue, j’ai trouvé parfois difficile de prendre les commentaires en public. Si on peut toujours se garder un droit de veto, si requis, via le blogue comme tel, en tant qu’administrateur de la plateforme, c’est parfois plus difficile de gérer le tout via les réseaux sociaux, où l’on promouvoit les articles. Il faut donc savoir se détacher, même si c’est parfois plus facile à dire qu’à faire!

5- Avoir un plan B en tout temps

Je m’étais promise à moi-même de ne jamais « sauter » de publication, de respecter la formule hebdomadaire du blogue coûte que coûte et j’ai réussi. Cependant, il a fallu à quelques reprises que je me « revire de bord sur un 10 cents » pour y arriver!

Quand on ne fait pas cavalier seul, qu’on interviewe des gens, qu’on sort du cadre sporadiquement, les chances de faire face à des contretemps sont accrues.

À titre d’exemple, il m’est arrivé d’interviewer une personne « extérieure » qui n’a finalement jamais validé l’article que j’avais rédigé, suite à notre entrevue. J’ai tenté de la relancer à plusieurs reprises, mais en vain. Je n’ai donc jamais publié l’article.

C’est dommage, en ce qui me concerne, car cet article était très intéressant, j’en étais satisfaite et il aurait certainement plu au lectorat. De plus, il aurait assurément attiré beaucoup de nouveaux lecteurs sur le blogue et contribué à sa notoriété. Publier « sans approbation officielle » était très tentant, croyez-moi! Tout était en place: même la révision des fautes était terminée et la photo, magnifique!

Mais par principe, par éthique, je ne l’ai pas fait et je ne le regrette pas une seconde. La confiance, la loyauté et le respect de mes engagements ont toujours fait partie de mes valeurs profondes . J’ai été déçue, j’ai perdu des heures de travail et j’ai dû revoir à la dernière minute mon contenu. Mais comme on dit, ça fait partie de la « game »!

6- Miser sur le viral et changer la formule en cours de route

Les pointes de trafic sont, sans surprise, survenues lorsque j’impliquais de nouvelles personnes dans le blogue.

Suivre les 3 mêmes personnes pendant 1 an avait pour but de développer une relation de confiance avec eux, ouvrir la porte à des sujets très intimes et de refléter l’évolution des réflexions stratégiques des fondateurs au cours d’une longue période. Mon objectif a été atteint!

Cependant, pour une prochaine année de blogue, je modifierais la formule et suivrais un plus grand nombre d’entrepreneurs. Mon approche serait différente et la façon de recueillir leurs propos et de les publier également. Je suis d’ailleurs en train de réfléchir à ce chapitre. Je prendrai certainement le pouls des lecteurs et vous tiendrai au courant de mon verdict sous peu!

——————–

Sinon…globalement…

Je suis très fière du travail accompli tout au long des derniers mois pour cette première expérience comme blogueuse et éditrice.

Tout d’abord, je me sens très privilégiée d’avoir pu compter sur la transparence, sur la générosité et sur l’engagement des 3 entrepreneurs que j’ai suivis dans les aléas du démarrage de leurs entreprises respectives. Aux premières loges de leurs succès, leurs défis et leurs états d’âmes, j’ai eu la chance de développer une relation très riche avec les entrepreneurs, au fil des entrevues menées. J’ai beaucoup appris et je me suis sentie nourrie et d’autant plus fascinée par tout ce que comportent les différents parcours sur la route des affaires.

J’ai eu également la chance d’être bien entourée par plusieurs commentateurs et collaborateurs externes sur différentes thématiques. Je suis vivement reconnaissante à tous ceux et celles qui ont participé à l’aventure.

J’ai finalement appris énormément sur les techniques d’édition, de promotion et de publication d’articles de blogue. Entre la théorie, la pratique pour le compte de clients et la pratique pour son propre compte, il y a souvent un monde.  J’ai été à même de le constater et j’en suis sortie plus outillée que jamais.

En conclusion, je suis très heureuse de cette superbe expérience. Tout le monde en a retiré des bénéfices intéressants en termes de visibilité et de notoriété dans les réseaux sociaux. J’espère avoir pu contribuer à ma façon à soutenir l’entrepreneuriat, à nourrir la flamme en mettant en lumières le travail et la détermination exceptionnelle d’entrepreneurs d’ici et d’ailleurs tout au long de la dernière année.

A très très bientôt,

Karina Brousseau, éditrice

Entrepreneuriat et bénévolat: tout pour faire une différence!

« Faire une différence »: en affaires comme pour la cause, c’est souvent ce qui motive les entrepreneurs à se lancer.

Tout au long du mois d’août, je m’intéresse à la question de l’implication sociale des jeunes entrepreneurs en démarrage d’entreprise. Cette semaine j’interviewe Isabelle Moïse, nouvellement à son compte comme consultante en événementiel, marketing et communications. Son entreprise iMoïse Conseil ne s’implique pas encore dans la communauté, ne fait pas de marketing sociétal non plus. Mais, comment pourrait-on réellement dissocier l’entreprise de sa seule représentante?


teddy-562960_128025 à 40 h par mois

Isabelle Moïse, travailleuse autonome, s’implique depuis toujours. La santé en général, plus précisément celle des enfants, l’aide humanitaire, l’intégration et la culture sont les causes qui la mobilisent davantage.

Elle a, entre autres, passé les dix dernières années au sein du comité Lueur d’Espoir au profit de la Fondation de l’Hôpital Ste-Justine dont les 3 dernières comme présidente du comité.

Même depuis qu’elle est à son compte, elle accorde en moyenne 25h par mois aux organismes caritatifs qui lui sont chers. Cette implication peut augmenter à 40h par mois en « période de pointe ».

Il devient donc capital pour elle de conserver une balance entre son temps bénévole et son temps rémunéré.

« Mais je ne suis pas un cas d’exception! Je suis moi-même fascinée par l’énergie que les gens peuvent déployer pour une cause, quelle qu’elle soit. J’ai souvent côtoyé des bénévoles entrepreneurs ou travailleurs autonomes qui n’ont pas une minute à eux, vu de l’extérieur. Comme quoi on peut toujours trouver du temps pour ce qui nous tient vraiment à coeur!»

Avoir un impact

À l’heure de l’implication sociale, les motivations des bénévoles sont souvent les mêmes que les jeunes entrepreneurs en démarrage: sentir que leur apport va être utile et apprécié par leur communauté, aura un réel impact pour l’avancement d’une science, d’une industrie, aidera concrètement des gens et surtout, fera une différence!

Malgré la nature de ses mandats professionnels, Isabelle Moïse n’a par ailleurs jamais senti que ses activités bénévoles n’avaient eu de retombées sur le développement de ses affaires.

« Personne n’est contre la vertu, bien entendu, mais le bénévolat n’a jamais été, en ce qui me concerne du moins, un facteur d’embauche ou un argument pour convaincre des clients de m’accorder des mandats. Je ne fais pas de promotion dans mon porte-folio autour des événements pilotés dans le cadre de mes activités bénévoles, étant donné que ce n’est pas en tant « qu’iMoïse Conseil », que je les ai réalisés », précise-t-elle.

Bénévoles « salariés » VS bénévoles « entrepreneurs »

Au travers l’ensemble de ses activités de bénévolat, Isabelle a souvent eu à recruter des bénévoles. Elle témoigne:

« J’ai vu au fil du temps des différences entre les bénévoles « salariés » par rapport aux bénévoles entrepreneurs. En outre, et surtout lorsque l’organisme jouit d’une bonne visibilité médiatique, beaucoup de bénévoles postulent « pour le CV ». Ça se sent! L’opportunisme et le don de soi n’ont pas la même odeur! Ils n’investissent pas beaucoup de temps et sont plus « intéressés ».
Les bénévoles entrepreneurs, pour leur part, ont besoin de sentir un impact palpable, à très court terme. Il ne faut pas que ça niaise! Ils recherchent une implication qui leur permettra d’avoir un sentiment d’accomplissement rapide. La clarté du mandat donné à ces bénévoles et la qualité de l’encadrement de l’organisme offert à ces derniers vont d’ailleurs être déterminants pour la rétention de ce type de participants. »

Trier ses clients

L’inconfort éprouvé à travailler sur certains événements bénéfices (par exemple pour le compte de compagnies aux pratiques controversées, que l’on perçoit nous-mêmes comme réprimandables ) peut être très fort, particulièrement lorsque ceux-ci sont médiatisés et visent l’amélioration de l’image de ces compagnies. Interrogée sur le tri de ses clients, Isabelle rétorque:

« En entreprise, comme salarié, on n’a généralement pas la latitude de refuser de travailler sur un dossier. Si notre patron nous demande de collaborer avec un client à la réputation douteuse, on se tait et on le fait. Mais on n’en pense pas moins. En événementiel, le faste et l’opulence sont souvent affichés d’emblée, même valorisés, pour dégager une image corporative forte et prospère lors de soirées distinguées. Quand on est à son compte, on peut se permettre davantage d’être sensible à l’approche et aux valeurs de nos clients. Il est plus facile de refuser de s’associer ou de servir un client qui nous apparaît comme étant un mauvais citoyen corporatif, pour libérer notre conscience et être en phase avec nos valeurs. »


Vous pourriez aussi aimer:

S’impliquer, donner, même en période de démarrage?: mon entrevue avec Andry Lant Rakoto, fondatrice de Marclan, spécialisée en distribution de produits fins malgaches.

Start-ups et implication sociale: soutenir les causes chères à ses employés: mon entrevue avec Frédéric René, co-fondateur de Liki, qui offre des solutions de commerce électronique clé-en-main aux marchands.

Start-ups et implication sociale: soutenir les causes chères à ses employés

S’impliquer, donner, même en période de démarrage d’entreprise, n’est pas chose simple. Cependant, force est d’admettre que les jeunes entrepreneurs sont beaucoup plus engagés qu’on puisse l’imaginer. J’aborde la question cette semaine avec Frédéric René, co-fondateur d’une startup en commerce électronique.


marketing sociétal

Des desseins plus grands que soi

De la santé à la coopération internationale, en passant par le soutien à la Fondation Montréal Inc. envers qui il est redevable d’avoir appuyé son projet d’affaires il y a 3 ans déjà, plusieurs raisons motivent Frédéric René, co-fondateur de la startup Liki, à s’engager sur une base personnelle. Plusieurs causes lui tiennent à coeur et profitent de son implication. Malgré son horaire hyper chargé, il prend même régulièrement le temps de donner du sang à la Croix Rouge. Pour cet entrepreneur, papa de 4 enfants, donner du temps devient d’autant plus engageant que de donner de l’argent.

Dans sa précédente startup, Les enchères Bidou inc., plusieurs enchères de produits ont servi de levée de fonds et ont permis de ramasser près de 30 000$ pour différentes causes (le cancer du sein, le tremblement de terre en Haïti en janvier 2010, etc.).

Mais cette implication ne se transfère pas encore du côté de son entreprise, pour des raisons budgétaires. Il explique:

« Notre compagnie Liki n’est pas encore impliquée comme donatrice, mais je verrais d’un bon oeil que Liki contribue financièrement à des causes, éventuellement, comme le font plusieurs grandes sociétés. Non seulement il existe des crédits d’impôts intéressants pour encourager les entreprises à soutenir des organismes de charité, mais j’aime l’idée que les causes rallient même souvent autour d’elles des entreprises qui sont compétitrices. Ce type d’approche envoie toujours un message fort, où les partenaires laissent tomber « les armes » pour le bien collectif. On a eu un bel exemple récemment, au lancement de la Zone Montréal Inc., où Les caisses Desjardins et la Banque Nationale sont partenaires.»

Tordre des bras

Pour Frédéric, il est important de se sentir libre lorsqu’on participe à une cause. En tant que patron, jamais il ne se permettrait de solliciter des fournisseurs, des partenaires ou ses employés pour des dons ou pour une participation en temps à une cause qu’il soutient personnellement.

« J’aurais peur qu’ils se sentent obligés, mal à l’aise. Par contre, si les employés décidaient d’eux même de soutenir une cause, j’aborderais assurément dans le même sens qu’eux. Je pense que le fait de se rallier dans une activité caritative peut engendrer une série d’impacts positifs sur l’équipe, en plus d’aider l’organisme sélectionné », ajoute-t-il.

Questions de principes

L’implication peut prendre plusieurs visages. Au même titre « qu’acheter, c’est voter », l’éthique de travail et les principes d’affaires que l’on applique, au quotidien, sont aussi une façon de faire une différence dans notre communauté, dans notre société.

« On ne contrôle pas toujours tout, mais à partir du moment où je suis informé de la mauvaise réputation d’un détaillant ou d’un fournisseur, comme citoyen corporatif, je ne fais plus affaires avec lui.
Je n’irais pas en impartition à l’étranger non plus, pour le développement de nos services chez Liki. Il y a une série de choix tout au long du parcours d’affaires qui peuvent contribuer, de près ou de loin, au soutien de causes, de valeurs.
En commerce électronique, il y a beaucoup d’impacts environnementaux au transport des colis individuels et cela n’est pas écologique. L’inscription de Liki à un programme de neutralité carbone n’est pas exclue, éventuellement, pour amortir cet impact», mentionne Frédéric.


Vous pourriez aussi aimer:

« S’impliquer, donner, même en période de démarrage d’entreprise? » : Mon entrevue avec Andry Lant Rakoto, fondatrice de Marclan. Pour cette jeune entrepreneure Montréalaise d’origine malgache, quand on veut s’impliquer, on le fait, peu importe la taille de son entreprise.

À ne pas manquer mardi prochain:

J’aborderai avec Isabelle Moïse, travailleuse autonome, la question de l’opportunisme souvent rattachée au marketing sociétal ou à l’implication bénévole.

Donc, c’est un rendez-vous!

Karina Brousseau, éditrice

Marketing sociétal: S’impliquer, donner, même en période de démarrage de son entreprise?

On a parfois l’impression que l’implication sociale ne fait pas partie des priorités d’affaires, particulièrement en période de démarrage d’entreprise. J’aborderai, tout au long du mois d’août, la thématique du marketing sociétal et de l’implication sociale avec 3 jeunes entrepreneurs sur le blogue Le feu sacré.

Cette semaine, je m’entretiens avec Andry Lant Rakoto, fondatrice de Marclan, une entreprise distributrice de produits fins de Madagascar. Pour elle, le manque de temps, les liquidités limitées et les impératifs impondérables d’une entreprise naissante limitent, effectivement, souvent l’implication des jeunes entrepreneurs. Mais il est cependant toujours possible de faire sa part en tant que citoyen corporatif, peu importe la taille de son entreprise. 


marketing sociétal

Aider à la hauteur de nos moyens

Participer au développement d’une économie durable, sensibiliser ses clients, modifier les habitudes de consommation pour le bénéfice collectif, faire des dons corporatifs, est-ce l’apanage des grandes sociétés établies?

Pour Andry Lant Rakoto, fondatrice de Marclan, une jeune entreprise distributrice de produits fins de Madagascar établie au Québec depuis à peine plus d’un an, le stade de développement de son entreprise importe peu. Quand on veut s’impliquer, on le fait!

L’implication peut prendre différentes formes, mais quoi qu’il en soit, tous les gestes, petits et grands, comptent!

Au niveau des tactiques promotionnelles, des actions peuvent être posées pour aider, malgré des moyens financiers limités.

« À plus petite échelle, il est toujours possible de participer à des levées de fonds en achetant des billets de tirage ou autres, de réserver des petits encarts publicitaires dans des publications de causes caritatives comme des calendriers, de donner des paniers de produits destinés à des événements spéciaux. On a rarement les mains réellement vides! » mentionne Andry.

S’il n’est pas encore possible pour Marclan de commanditer de façon importante des événements ou causes caritatives, c’est au niveau de la chaîne de distribution que les efforts sont concentrés. Le choix des fournisseurs est, pour la fondatrice, tout aussi crucial dans l’établissement d’une stratégie marketing et contribue à faire une différence marquée.

« Chez Marclan, je me fais un devoir de collaborer avec des fournisseurs malgaches qui pratiquent le commerce équitable, assurent la traçabilité des produits que j’importe, et valorisent la protection de l’environnement et le développement durable. Je fais affaires avec des producteurs certifiés bio, qui n’utilisent jamais de produits chimiques. C’est important pour moi de partager ces valeurs cruciales avec mes partenaires. Aussi, mes fournisseurs sont pratiquement tous issus d’ONG et participent eux-aussi à des causes, particulièrement celles visant l’amélioration du niveau de vie de leur communauté. En bout de ligne, les efforts de tous et chacun sont donc soutenus», ajoute Andry.

Un marketing opportuniste?

« Tout est une question d’intention. Je n’ai jamais perçu de réel opportunisme dans l’adoption de pratiques marketing sociétales. Comme dans toute chose, il y a parfois des abus, des incongruences, mais même quand les entreprises impliquées apparaissent « intéressées » à nourrir une image positive, ou semblent avoir des visées plus « communicationnelles», force est d’admettre que leur implication est tout de même aidante et souvent essentielle pour les organismes bénéficiant de leur appui. C’est important aussi d’encourager une culture de dons et de mécénat dans les milieux d’affaires», renchérit-elle.

Le leg de nos valeurs

Est-ce que le background des entrepreneurs influe beaucoup dans leur propension à s’impliquer via les activités de leur entreprise?

Assurément!

Le fait d’avoir baigné dans un contexte de bénévolat, et-ou à l’inverse, d’avoir pu profiter soi-même de support de la part d’un organisme bienfaiteur au cours de sa vie, révèlent souvent la fibre caritative chez les entrepreneurs. Le cas d’Andry n’y fait pas exception.

L’entraide est une valeur familiale profondément ancrée chez elle. Son don de soi est hérité entre autres de son grand-père, engagé depuis plus de 50 ans dans sa communauté. Ce dernier a même mis sur pied, à Madagascar, la Fondation Ana. Cette fondation construit des écoles, nourrit les élèves du village natal de son père et veille au partage équitable des ressources. C’est sans surprise qu’elle compte donc, à son tour, s’adonner à la philanthropie, dès qu’elle le pourra.

« À défaut de donner de l’argent, il est toujours possible de donner du temps aussi! Ici au Québec, plusieurs causes nobles m’interpellent, mais plus particulièrement celle du Club des petits déjeuners, qui poursuit des objectifs similaires à ceux de Grand-Papa. Puis, il y a aussi l’option de faire du coaching d’affaires auprès des organismes », mentionne-t-elle.


Vous pourriez aussi aimer:

Le prix des vacances: Isabelle Moïse, travailleuse autonome depuis à peine un an, se confie sur l’art de conjuguer périodes de repos et business. Cette entrevue est publiée dans le cadre du dossier spécial Finances sur le blogue Le feu sacré.

À ne pas manquer mardi prochain:

Mon entrevue avec Frédéric René, co-fondateur de Liki, une startup de Montréal en commerce électronique. L’implication sociale de l’entreprise est l’occasion d’encourager les causes les plus chères à ses employés.

Donc, c’est un rendez-vous!

Karina Brousseau, éditrice

Finances et travail autonome: le prix des vacances!

La question du financement est abordée tout au long du mois de juillet sur le blogue Le feu sacré. Cette semaine, je discute avec Isabelle Moïse, à son compte depuis à peine un an comme consultante en événementiel, marketing et communications. Elle nous parle de son premier exercice de rapport d’impôts 2014 pour le compte de son entreprise iMoïse Conseil et de sa difficulté à prendre des vacances sachant le suivi administratif et financier toujours en suspend.


sea-67911_1280

Assurer son filet de sécurité

À son compte depuis à peine plus d’un an, la question du financement au démarrage, revêt, pour Isabelle Moïse, des allures de bootstrapping, principalement. Depuis qu’elle est en affaires, elle est beaucoup plus consciente et avisée de son budget personnel qu’avant. 

« Avant, comme salariée en couple avec un autre salarié, j’avais moins à me préoccuper des dépenses au quotidien. On pigeait dans notre « poche » commune, on était à l’aise, on ne faisait pas beaucoup de suivis par « catégorie de dépenses », comme je le fais maintenant que je suis seule à la barre. Je réalise que toute ma façon de dépenser a changé depuis l’aventure iMoïse Conseil. Je suis d’autant plus alerte au gaspillage, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Cela dit, je ne me prive pas pour autant et je me paye du luxe de temps en temps, mais je suis plus consciente de la dépense. J’apprécie d’autant plus les petits plaisirs que je me paye. J’ai toujours vécu à la hauteur de mes moyens, j’ai toujours eu conscience de l’argent et j’ai toujours valorisé le paiement de tous mes comptes.  Par contre, je ne suis pas toujours en train d’économiser pour « ma retraite » non plus. Si j’étais toujours en couple, je serais probablement moins en mode « boostrapping » parce que je serais moins angoissée pour la préserve de mon confort et mon indépendance financière. L’appui de l’autre permet définitivement un certain filet de sécurité financière», confie-t-elle.

Retirer un maximum de l’Impôt

Suite à sa première année complète à titre de travailleuse autonome, Isabelle s’en est finalement bien sortie avec l’impôt.

«  J’anticipais un peu les résultats finaux, puisque j’en étais à ma première année complète comme travailleuse autonome et que je n’étais pas certaine d’avoir conservé suffisamment de ressources pour le paiement de l’Impôt. De plus, je n’étais pas certaine du calcul des taxes. En définitive, j’ai réalisé avoir droit à plus de déductions que ce que je ne le croyais. Les lois fiscales varient beaucoup et je ne savais pas encore trop sur quel pied danser en termes de déductions possibles. Heureusement que j’ai une bonne comptable! Son apport a été crucial pour moi. Je recommande à tous, au moins pour la première année en affaires, de faire appel à un pro pour déposer des rapports fiscaux optimaux. Ne serait-ce que pour apprendre en accéléré sur les impératifs qui collent directement à notre situation», avise Isabelle.

Des affaires qui ne prennent pas de vacances!

Difficile de planifier des vacances quand on n’a personne à qui déléguer ses dossiers durant les temps d’arrêt, que les journées sont occupées 15 heures sur 24 et qu’on est plus concerné financièrement parlant.

Isabelle Moïse aligne cet été des escapades dans notre belle province et peut-être un petit tour sur le bord de la mer pour se ressourcer. Pour décrocher, Isabelle doit s’éloigner de la ville, elle doit impérativement partir de chez elle, sinon, elle reste toujours en mode ‘’travail’’, toujours prête à faire avancer certains dossiers ou à travailler sur de nouveaux projets. 

« L’inconvénient, en restant dans le coin, est que j’ai tendance à vouloir prendre de l’avance sur les aspects administratifs que j’aurais peut-être un peu négligés durant le reste de l’année. Dur, dur, d’éteindre son cellulaire! Le développement des affaires, entre autres, peut ralentir en période de production. Les périodes plus tranquilles seraient le moment de m’y attarder. En plus, comme mon bureau est à la maison, je suis confrontée visuellement à ma « petite pile » de choses en suspend dès que je prends une pause. Par contre, quand je quitte pour les vacances, je décroche instantanément. Même de simples sorties à la campagne me permettent de me ressourcer. Montréal a certainement beaucoup à offrir en terme de divertissement durant la belle saison, mais comme j’y habite et que j’en profite déjà tout au long de l’année, ce n’est pas en restant à Montréal que je peux faire la coupure», dit-elle.

Le temps de planification des vacances est également à prévoir à l’agenda, tout comme l’ajout de la catégorie « fun dollars » à notre budget, si on veut être capable de mettre de l’argent de côté pour les périodes plus creuses.

« En ce qui me concerne, je m’arrange pour arrêter dès que les clients partent en vacances. Je me calque un peu sur leur agenda! Aussi, j’en profite pour étirer certains déplacements à l’étranger quand c’est possible. Cet automne, ce sera le cas, puisque je serai en mission à Bordeaux pour le SIDIIEF. Des avantages agréables dont je compte bien profiter!» conclue-t-elle.


Vous pourriez aussi aimer:

Puisqu’on parle de vacances et des temps de pause pour les entrepreneurs, je vous suggère de lire Le corps, ce partenaire d’affaires capricieux, mon entrevue avec Frédéric René, co-fondateur de Liki, une startup de Montréal spécialisée en commerce électronique

Bonne lecture!

Karina Brousseau, éditrice