Entrepreneuriat et bénévolat: tout pour faire une différence!

« Faire une différence »: en affaires comme pour la cause, c’est souvent ce qui motive les entrepreneurs à se lancer.

Tout au long du mois d’août, je m’intéresse à la question de l’implication sociale des jeunes entrepreneurs en démarrage d’entreprise. Cette semaine j’interviewe Isabelle Moïse, nouvellement à son compte comme consultante en événementiel, marketing et communications. Son entreprise iMoïse Conseil ne s’implique pas encore dans la communauté, ne fait pas de marketing sociétal non plus. Mais, comment pourrait-on réellement dissocier l’entreprise de sa seule représentante?


teddy-562960_128025 à 40 h par mois

Isabelle Moïse, travailleuse autonome, s’implique depuis toujours. La santé en général, plus précisément celle des enfants, l’aide humanitaire, l’intégration et la culture sont les causes qui la mobilisent davantage.

Elle a, entre autres, passé les dix dernières années au sein du comité Lueur d’Espoir au profit de la Fondation de l’Hôpital Ste-Justine dont les 3 dernières comme présidente du comité.

Même depuis qu’elle est à son compte, elle accorde en moyenne 25h par mois aux organismes caritatifs qui lui sont chers. Cette implication peut augmenter à 40h par mois en « période de pointe ».

Il devient donc capital pour elle de conserver une balance entre son temps bénévole et son temps rémunéré.

« Mais je ne suis pas un cas d’exception! Je suis moi-même fascinée par l’énergie que les gens peuvent déployer pour une cause, quelle qu’elle soit. J’ai souvent côtoyé des bénévoles entrepreneurs ou travailleurs autonomes qui n’ont pas une minute à eux, vu de l’extérieur. Comme quoi on peut toujours trouver du temps pour ce qui nous tient vraiment à coeur!»

Avoir un impact

À l’heure de l’implication sociale, les motivations des bénévoles sont souvent les mêmes que les jeunes entrepreneurs en démarrage: sentir que leur apport va être utile et apprécié par leur communauté, aura un réel impact pour l’avancement d’une science, d’une industrie, aidera concrètement des gens et surtout, fera une différence!

Malgré la nature de ses mandats professionnels, Isabelle Moïse n’a par ailleurs jamais senti que ses activités bénévoles n’avaient eu de retombées sur le développement de ses affaires.

« Personne n’est contre la vertu, bien entendu, mais le bénévolat n’a jamais été, en ce qui me concerne du moins, un facteur d’embauche ou un argument pour convaincre des clients de m’accorder des mandats. Je ne fais pas de promotion dans mon porte-folio autour des événements pilotés dans le cadre de mes activités bénévoles, étant donné que ce n’est pas en tant « qu’iMoïse Conseil », que je les ai réalisés », précise-t-elle.

Bénévoles « salariés » VS bénévoles « entrepreneurs »

Au travers l’ensemble de ses activités de bénévolat, Isabelle a souvent eu à recruter des bénévoles. Elle témoigne:

« J’ai vu au fil du temps des différences entre les bénévoles « salariés » par rapport aux bénévoles entrepreneurs. En outre, et surtout lorsque l’organisme jouit d’une bonne visibilité médiatique, beaucoup de bénévoles postulent « pour le CV ». Ça se sent! L’opportunisme et le don de soi n’ont pas la même odeur! Ils n’investissent pas beaucoup de temps et sont plus « intéressés ».
Les bénévoles entrepreneurs, pour leur part, ont besoin de sentir un impact palpable, à très court terme. Il ne faut pas que ça niaise! Ils recherchent une implication qui leur permettra d’avoir un sentiment d’accomplissement rapide. La clarté du mandat donné à ces bénévoles et la qualité de l’encadrement de l’organisme offert à ces derniers vont d’ailleurs être déterminants pour la rétention de ce type de participants. »

Trier ses clients

L’inconfort éprouvé à travailler sur certains événements bénéfices (par exemple pour le compte de compagnies aux pratiques controversées, que l’on perçoit nous-mêmes comme réprimandables ) peut être très fort, particulièrement lorsque ceux-ci sont médiatisés et visent l’amélioration de l’image de ces compagnies. Interrogée sur le tri de ses clients, Isabelle rétorque:

« En entreprise, comme salarié, on n’a généralement pas la latitude de refuser de travailler sur un dossier. Si notre patron nous demande de collaborer avec un client à la réputation douteuse, on se tait et on le fait. Mais on n’en pense pas moins. En événementiel, le faste et l’opulence sont souvent affichés d’emblée, même valorisés, pour dégager une image corporative forte et prospère lors de soirées distinguées. Quand on est à son compte, on peut se permettre davantage d’être sensible à l’approche et aux valeurs de nos clients. Il est plus facile de refuser de s’associer ou de servir un client qui nous apparaît comme étant un mauvais citoyen corporatif, pour libérer notre conscience et être en phase avec nos valeurs. »


Vous pourriez aussi aimer:

S’impliquer, donner, même en période de démarrage?: mon entrevue avec Andry Lant Rakoto, fondatrice de Marclan, spécialisée en distribution de produits fins malgaches.

Start-ups et implication sociale: soutenir les causes chères à ses employés: mon entrevue avec Frédéric René, co-fondateur de Liki, qui offre des solutions de commerce électronique clé-en-main aux marchands.

Publicités