Mentorat: développer son savoir-être entrepreneurial

Le blogue Le feu sacré se consacre, tout au long du mois de juin, au mentorat et au coaching d’affaires en démarrage d’entreprise. Les 3 entrepreneurs suivis dans ce blogue se confient sur le type de support extérieur dont ils profitent pour les aider dans leurs démarches en affaires. Cette semaine, je m’entretiens avec Andry Lant Rakoto, jeune entrepreneure d’origine malgache et CEO des produits fins Marclan. Elle en est encore à sa première année de démarrage d’entreprise. Elle vient d’effectuer un pivot majeur dans la stratégie de son développement des affaires en prenant un virage B2B et en offrant aux professionnels du secteur alimentaire québécois et canadien ses produits de chocolat, vanille et épices fines de Madagascar. J’aborde avec elle le rôle important que joue son mentor d’affaires dans le succès de ce virage à 90 degrés.


chess-335138_1280

Au Québec depuis moins de 5 ans, Andry Lant Rakoto n’a pas perdu de temps pour s’intégrer chez nous et se lancer en affaires. En plus de mettre les bouchées doubles dans la mise en oeuvre de son projet, elle a su se bâtir un réseau enviable dans les différentes communautés liées à ses activités. Parmi la multitude de ressources offertes dans le milieu entrepreneurial (coaching technique, coaching de vie personnelle et professionnelle, consultants, conseillers, mentorat), c’est vers le mentorat d’affaires qu’elle a toujours penché. Coach d’affaires elle-même au Centre d’Entrepreneurship HEC-POLY-UdeM, elle connaît bien l’importance de développer son « savoir-être » entrepreneurial avec un mentor, qu’elle estime crucial pour réussir dans les premières années de vie d’entrepreneur.

Tout vient à point à qui sait attendre

La rencontre d’un mentor d’affaires avec qui ça clique est un véritable cadeau. Grâce au REPAF (le Réseau des entrepreneurs et professionnels africains), elle profite maintenant d’une aide précieuse de son mentor attitréLe timing de cette rencontre ne pouvait pas être plus parfait.

« J’ai eu le bonheur de pouvoir compter sur un mentor spécialisé en développement des affaires, au moment-même où je changeais ma stratégie de mise en marché. Je venais tout juste de m’inscrire au SIAL Canada, un des plus gros salons alimentaires du pays, où tous les exposants et les participants sont issus du secteur agroalimentaire. Il m’a aidé à penser à tout en me posant les bonnes questions et a sanctionné plusieurs de mes intuitions et analyses. Il ne m’a jamais dit quoi faire; il m’a permis d’approfondir mes réflexions. Je suis arrivée au SIAL en plein possession de mes moyens, confiante et préparée à pouvoir livrer mes services peu importe la quantité de commandes générées suite au congrès. Depuis, on apprend à se connaître, on découvre nos affinités, la confiance grandit. Sans mon mentor, la transition vers ce nouveau marché serait beaucoup plus ardue… », explique Andry.

La relation « mentor-mentoré »

Voilà déjà 2 mois qu’Andry est mentorée. Elle est très satisfaite jusqu’à présent et le programme répond en tous points à ses attentes. Les facteurs primordiaux de succès sont respectés:

« Les mentors d’affaires se doivent d’être expérimentés dans leur secteur, impartiaux et bénévoles. Il y a un code d’éthique à respecter dans n’importe quel programme de mentorat. Les échanges doivent aussi rester confidentiels et il ne doit y avoir aucun risque de conflits d’intérêts entre le mentor et le mentoré. Ensuite, la qualité de la relation est beaucoup liée au respect mutuel qui s’installe. Les mentorés doivent faire leurs devoirs en amont pour maximiser le temps précieux dont ils disposent avec leur mentor. Établir des objectifs clairs avant chacune des rencontres est essentiel et les exprimer clairement l’est tout autant! Par exemple, je prépare toujours mes documents à l’avance et arrive systématiquement aux entretiens avec un ordre du jour», précise-t-elle.

Une relation mentor-mentoré, comme n’importe quelle relation, se bâtit et se bonifie avec le temps. Après la période d’observation mutuelle des débuts, la confiance s’établit, les personnalités se révèlent. Un langage commun et une complicité s’installent. Le mentor gagne de plus en plus en crédibilité en partageant ses expériences concrètes et peut de mieux en mieux anticiper les impacts des décisions de son mentoré. Il fait preuve de doigté selon la sensibilité du mentoré à la critique.

Objectif: savoir-être entrepreneurial

Pour sa part, au fil de la relation mentor-mentoré, le mentoré devient de plus en plus transparent dans le dévoilement de ses visions pour son entreprise et il précise davantage le détail de son modèle d’affaires. Il est aussi plus expressif quant à ses états d’âmes.

« Plus les deux sont à l’aise, plus les effets sont palpables. Etre en « représentation », cacher ou maquiller des éléments à son mentor ne mène nulle part! Il est évident que même si la relation porte a priori sur les affaires, les spectres social et émotif entrent souvent dans l’équation et contribuent à notre niveau d’énergie dans notre entreprise. Il faut donc pouvoir en parler librement si nécessaire avec notre mentor, tout en mettant des limites. Aussi, il faut comprendre que l’aide à la prise à la décision, la gestion du temps, la gestion du stress, démêler les priorités, c’est bien beau en théorie, mais en pratique c’est une autre paire de manches! Mon mentor m’aide à évaluer toutes les avenues possibles, grâce à son expérience, et surtout, m’aide à développer un savoir-être et à adopter des comportements facilitant la prise de décision et à gérer les imprévus en affaires », explique Andry.


Vous pourriez aussi aimer:

La dictature du bonheur en affaires: Mon entrevue avec Marie-Claude Élie-Morin, journaliste et auteur du livre La dictature du bonheur. Elle nous donne de son point de vue face aux coachs de vie et l’approche parfois utopique de certains gourous de la croissance personnelle et professionnelle ou encore, celle des « motivateurs ». Une mise en garde avisée pour les jeunes entrepreneurs en quête de support.

À ne pas manquer la semaine prochaine:

Frédéric René, de LikiSoft, nous parle de l’apport de son mentor. Il joue présentement un rôle primordial à l’heure où il passe de la phase d’introduction de son entreprise à la phase de croissance. On aborde aussi l’état d’esprit essentiel dans lequel être pour bien profiter d’une relation de mentorat, selon son expérience.

Donc, c’est un rendez-vous!

Karina Brousseau, éditrice

Dossier cybersécurité: La notion de sécurité se transforme

Dans le cadre de la thématique du mois de mars portant sur la cybersécurité, j’accueille cette semaine Mathieu Decelles St-Pierre, à titre de commentateur-expert. Mathieu nous partage aujourd’hui ses impressions et commente, dans cet article, le sondage mené tout au long du mois auprès des lecteurs du blogue Le feu sacré.


Mathieu Decelles St-Pierre

Mathieu Decelles St-Pierre

Les outils web sont de plus en plus omniprésents et le “cloud” en général est là pour rester, qu’on le veuille ou non. Bientôt, la plupart des logiciels que nous utilisons aujourd’hui par le biais d’un installateur traditionnel seront migrés vers une version 100% web. Il ne faut pas en avoir peur. Les notions de sécurité ont toujours été présentes, elles se transforment simplement au fil du temps et des nouvelles technologies.

Prenons d’abord conscience que la notion de sécurité est toujours relative à son contexte. Une mesure de sécurité pour une personne ou pour une entreprise peut être essentielle, superflue ou optionnelle. Il faut gérer le risque selon le niveau de confort et de confiance que nous avons en nos pratiques sans jamais oublier que la plus grande source d’insécurité informatique reste l’humain.

Un sondage révélateur

Ci-dessous, on peut voir les résultats du sondage-maison en ligne depuis 3 semaines sur le blogue Le feu sacré. Sans être hautement scientifiques, les résultats sont tout de même intéressants.

Capture d’écran 2015-03-22 à 19.57.38

Mes réactions:

1- Le stockage d’information sensible sur les serveurs en ligne:
Je suis un peu surpris du pourcentage de gens craintifs d’utiliser le cloud pour y stocker des données sensibles. J’aurais même tendance à croire que ce pourcentage serait beaucoup plus faible si ce sondage avait été mené à grande échelle, et non restreint au lectorat du blogue Le feu sacré. La tendance ne va que s’accroître au fil du temps. De plus en plus de gens vont graduellement stocker leurs données sensibles en ligne, de la même manière que de plus en plus de gens procèdent désormais à leurs transactions bancaires en ligne. La confiance, ça se gagne doucement, et les résultats de ce sondage en font foi!

2- L’accès à nos comptes et contacts par des applications:
Donner accès à vos comptes de réseaux sociaux à des applications sur ces mêmes réseaux sociaux, spécifiquement les applications Facebook, peut devenir toxique pour le respect de votre vie privée. Il n’y a rien de gratuit dans le monde. Si un service est gratuit, vous en êtes le produit. Ces applications “gratuites” se nourrissent des informations personnelles fournies dans votre profil pour revendre ces précieuses données à fort prix, très souvent pour des études marketing financées par des leaders de toutes les industries confondues.

3- Les applications permettant de sauvegarder les mots de passe:
Il existe deux types d’applications pouvant stocker vos mots de passe en toute sécurité: les applications en ligne ou installées localement sur votre ordinateur. Si l’application pour stocker vos mots de passe est une application web ou une extension de navigateur (extension pour Chrome ou Firefox notamment), il y a de fortes chances que ce soit dans le but de revendre votre historique de navigation web, encore une fois, à des fins d’études marketing. À vous de voir, dans ce cas, si cette perspective vous est moralement acceptable ou non.

4- L’utilisation d’outils de gestion et autres outils destinés aux activités d’affaires:
Les outils de gestion en ligne pour la comptabilité et l’administration générale en affaires sont de plus en plus en vogue. Plusieurs des meneurs dans cette industrie sont d’ailleurs canadiens. Les services offerts en ligne vont de la préparation de budget, suivi des dépenses jusqu’à l’automatisation de la paie et du transport des biens vendus. Pas surprenant que cette nouvelle industrie gagne rapidement du terrain. Moins de papier, moins d’erreurs humaines, moins de tâches ennuyantes manuelles; qui s’opposerait à ça? Encore faut-il bien s’informer sur les mesures de sécurité prises par les compagnies offrant ce genre de services. Quickbooks Online et Wave sont respectés dans ce domaine et sont appuyés par plusieurs institutions financières ce qui contribue aussi à leur crédibilité.

5- Le téléchargement illégal de fichiers-médias:
À mon avis, le téléchargement illégal est un phénomène de société surtout générationnel. Ce ne sont pas nos grands-parents ou même nos parents baby-boomers qui “downloadent” illégalement, dans la grande majorité des cas. Le résultat approximatif de 11% dévoilé dans le sondage ne nous aide pas vraiment à dresser une réelle tendance. Par ailleurs, il est clair que les nouvelles mesures plus coercitives appliquées depuis le début de l’année 2015, notamment pour contrer le téléchargement illégal de films, peuvent en freiner certains. Reste à savoir pour combien de temps par contre… Le populaire site de téléchargement par BitTorrents Pirate Bay, qui avait suspendu ses activités en novembre 2014 suite à l’arrestation de Neij, son 3e co-fondateur en cavale, a repris du galon depuis belle lurette!

6- Les transactions importantes en ligne:
Les grosses transactions en ligne le sont par le biais d’institutions financières crédibles qui prennent leurs responsabilités en termes de sécurité informatique très au sérieux. Il y a toujours moyen d’utiliser les Bitcoins pour des transactions légales ou illégales, mais les règles de sécurité entourant cette monnaie virtuelle sont parfois, même souvent, bâclées. À utiliser avec prudence, en toute connaissance de cause, donc!

À propos des “toolbars” et anti-virus

Avez-vous déjà eu des barres d’outils, des « toolbars », qui se sont installées bien malgré vous dans vos navigateurs web? La plupart de celles-ci sont malveillantes et vous épient. À moins que vous n’ayez un besoin très spécifique que seule une « toolbar » spécifique peut remplir, je vous conseille fortement de ne pas en installer. Si vous en avez une (ou peut-être même plus) dans un de vos navigateurs, désinstallez-les. Votre ordinateur s’en portera mieux et vous diminuerez les risques que vos informations personnelles soient transmises à des compagnies peu scrupuleuses.

Aussi, les anti-virus ne sont pas tous égaux, mais ils ont au moins une caractéristique commune: aucun n’est sûr à 100% de détecter et de vous débarrasser de tous les virus connus. Si vous n’êtes pas un expert en informatique, un anti-virus est fortement recommandé. Plusieurs peuvent faire l’affaire, mais inutile de payer trop cher pour un combo anti-virus/pare-feu si vous avez déjà un pare-feu (firewall) inclus à même votre système d’opération. Windows, Mac et Linux ont tous aujourd’hui un pare-feu bien plus que décent. En ajouter un autre par dessus ne fera que ralentir vos transferts sur le net, la création et la modification de n’importe quel fichier et votre ordinateur globalement.

Critiques constructives

En terminant, je vous invite également à voir mes commentaires suite aux propos tenus par les 3 entrepreneurs au cours du mois, sous le thème de la cybersécurité. À chacun, je propose une critique constructive accompagnée de quelques recommandations qui pourraient être appropriées, particulièrement dans leurs contextes d’affaires, mais également dans tous les types d’environnements.

Lire l’article et mes commentaires à Andry Lant Rakoto des produits fins Marclan
Lire l’article et mes commentaires à Frédéric René de Likisoft
Lire l’article et mes commentaires à Isabelle Moïse, de iMoïse Conseils


À ne pas manquer mardi la semaine prochaine:

Nouvelle thématique sur le blogue: L’auto-promotion en affaires!
Pas toujours évident d’assurer sa propre promotion quand on démarre son entreprise. C’est tout un art que de savoir se positionner, doser nos interventions dans les réseaux sociaux, mettre à profit nos activités et intérêts pour définir notre « branding » personnel!

Tout au long du mois d’avril, je publierai comme toujours mes entrevues avec les 3 entrepreneurs habituels, interrogés sur leurs habitudes en termes d’auto-promotion, mais également des entrevues spéciales avec trois personnalités publiques, confrontées au quotidien avec leur image personnelle dans l’exercice de leur métier. Pour partir le bal, mon entrevue avec l’animatrice Sophie Bérubé.

Donc, c’est un rendez-vous!

Karina Brousseau, éditrice du blogue