Mentor ou psy?

La dimension de mentorat et de coaching d’affaires a son importance dans la vie des jeunes entrepreneurs et travailleurs autonomes. Je m’attarde tout au long du mois de juin à cette dernière sur le blogue Le feu sacré. Cette semaine, Isabelle Moïse, consultante à son compte depuis 1 an et demie, nous avoue pourquoi l’option du mentorat ne lui convient pas, pour l’instant.


lighthouse-93487_1280

Le mentorat aux entreprises

Pas facile tous les jours d’être en affaires, on le sait!

Quand vient le temps d’aller chercher un regard extérieur sur nos activités d’affaires, les entrepreneurs ont de multiples options à leur disposition. Qu’on penche vers le coaching technique, le coaching de vie personnelle, le coaching de vie professionnelle, la consultation, le mentorat d’affaires, toutes ces options peuvent être pertinentes à différentes périodes, selon notre personnalité, les objectifs visés du moment et nos préférences en termes de « style » de support.

Andry Lant Rakoto, fondatrice des produits fins Marclan et Frédéric René, co-fondateur et CEO de Likisoft mentionnaient tous, deux dans leurs dernières entrevues, à quel point l’accompagnement de leur mentor d’affaires leur est précieux. Leurs mentors leur ont permis d’opérer des virages importants dans leur compagnie respective en les guidant dans leurs réflexions et en partageant avec eux leurs propres expériences afin de les aider dans leur conciliation entreprise-famille, entre autres.

Pour Isabelle Moïse, travailleuse autonome, le mentorat d’affaires s’avère effectivement une source de support intéressante. Elle-même présidente du comité Parrainage et mentorat du Réseau HEC pendant quelques années, elle pose un regard positif sur tout accompagnement entre une personne d’expérience et un jeune en démarrage d’entreprise. 

Cependant, elle ne perçoit pas que le mentorat d’affaires soit pertinent pour elle-même pour l’instant, n’en ressent pas encore le besoin, du moins.

Un 2e regard qui ralentit la prise de décision?

« À ce stade de développement de mon entreprise, tenir compte d’un regard extérieur d’un mentor ajouterait une certaine lourdeur à mon processus de décision. J’aurais l’impression d’ajouter une deuxième « couche », en dédoublant les réflexions, en ralentissant la mise en exécution. En consultant un mentor, j’appréhenderais aussi peut-être de me sentir obligée de mettre en pratique certaines de ses recommandations à différents niveaux. En tant que consultante, mon entreprise, c’est moi. Les décisions à prendre sont souvent reliées à mon expertise propre … », avance-t-elle.

De par sa nature, Isabelle tente toujours de trouver des solutions par elle-même, le cas échéant. Elle accorde plus de crédit aux gens qui suggèrent, qu’aux gens qui affirment. Elle apprécie les conseils, mais elle ne les applique jamais tels quels, les yeux fermés. C’est donc vers sa famille et ses amis de confiance, ses « conseillers personnels » et son réseau de collaborateurs professionnels qu’Isabelle va plutôt chercher des validations extérieures et du support, si besoin est.

« J’ai la chance d’être entourée d’amis de longue date, oeuvrant dans mon secteur ou dans des secteurs administratifs connexes, auprès de qui je me tourne régulièrement aussi pour prendre leur point de vue et ventiler. J’ai également un excellent réseau professionnel bâtit et entretenu au cours de tout mon cheminement académique et professionnel. Des gens d’expériences, issus de tous les domaines, vers qui je sais que je peux me tourner en période de questionnements. Je suis très bien épaulée et j’en remercie la vie! » dévoile-t-elle fièrement.

À chacun sa zone de compétence!

Les raisons pour aller chercher de l’aide dépassent celles reliées aux défis de gestion. Et, les raisons personnelles liées aux émotions ressenties au démarrage de son entreprise, les doutes ou les bloquants vécus en affaires, peuvent prendre racines bien au-delà du début de notre aventure entrepreneuriale. Si le besoin s’en faisait sentir, qu’elle ne pouvait plus « avancer par elle-même », Isabelle n’hésiterait pas à consulter un psychologue.

« J’ai eu recours à la consultation psychologique à différentes périodes de ma vie et j’ai retiré de ces rencontres un grand bien ainsi qu’une meilleure compréhension de moi-même. J’ai pu identifier mes outils intrinsèques, mes mécanismes de défense, mes paterns… En affaires, toutes nos décisions, notre façon d’aborder chaque problématique et notre développement global dépendent directement de ça! » avance Isabelle.

« Quelques fois, certains mentors deviennent malgré eux des psychologues et s’aventurent dans un accompagnement qui peut dépasser leur zone de compétences réelles. Cette ligne d’intervention peut être dangereuse à franchir, car un mentor maladroit pourrait, sans le vouloir, faire même du tord à son mentoré. Un bon mentor recommanderait à l’entrepreneur, lorsqu’il le jugerait nécessaire, d’aller plutôt consulter un psychologue », ajoute-t-elle.

Le coaching: valorisant pour le coach!

À l’instar d’Andry Lant Rakoto qui en faisait part dans son entrevue il y a deux semaines, Isabelle fait elle-même, par ailleurs, du coaching à l’occasion, bénévolement et de façon informelle.

«  C’est tellement gratifiant et surtout enrichissant d’aider les autres et de savoir qu’on contribue ne serait-ce qu’un petit peu à l’avancement d’un beau projet. Le coaching valorise nos connaissances et nous permet de léguer un peu de nos expériences. Je comprends que beaucoup de gens désirent s’adonner au coaching! Personnellement, j’ai toujours beaucoup de plaisir à conseiller des collègues ou des finissants au BAC, par exemple. On crée un lien particulier avec les gens que l’on coach, ça crée une proximité. Comme coach, je m’intéresse d’abord à la personne et ensuite à son parcours. Je pense que c’est la meilleure façon de se développer. Il faut apprendre à se connaître soi-même pour mieux avancer. Aussi, je m’intéresse toujours à la poursuite du parcours des gens que j’aide!» ajoute Isabelle.


Vous pourriez aussi aimer:

Mon entrevue avec Marie-Claude Élie-Morin, auteure du livre « La dictature du bonheur ». On discute des intrus dans l’industrie de la croissance personnelle et du coaching de vie personnelle et professionnelle.

À ne pas manquer la semaine prochaine:

Nouvelle thématique de juillet sur le blogue Le feu sacré: le financement en démarrage d’entreprise!

Donc, c’est un rendez-vous!

Karina Brousseau, éditrice

La dictature du bonheur en affaires

L’importance de l’apport du mentorat, du coaching et des conseillers en affaires semble faire l’unanimité: tous s’entendent pour dire que l’obtention d’aide extérieure est essentielle dans le parcours entrepreneurial. Les chances de survie et la longévité d’un entrepreneur dans l’arène des affaires seraient multipliées grâce à la consultation d’un expert impartial. Encore faut-il bien identifier nos objectifs pour aller chercher le bon « input » et savoir distinguer les types d’intervenants appropriés pour nos démarches (mentor, coach, consultant & conseiller).
Comme
 nouvelle thématique du blogue Le feu sacré et pour faire le pont avec notre dossier spécial du mois de mai qui portait sur les émotions en démarrage d’entreprise, j’aborde en juin la question du mentorat d’affaires et du coaching de vie personnelle et professionnelle.  

Cette semaine, je vous présente mon entrevue avec Marie-Claude Élie-Morin, qu’on a pu voir dans les médias en avril 2015 à l’occasion de la sortie de son premier essai, La dictature du bonheur, paru aux Éditions VLB.


Marie-Claude Élie-Morin

Crédits photo: Mathieu Rivard

Tantôt journaliste-pigiste, scénariste documentaire, auteure ou chroniqueuse, Marie-Claude Élie-Morin comprend très bien les aléas émotionnels que vivent les entrepreneurs, étant elle-même à son compte depuis ses débuts médiatiques.

Ayant vécu des moments très difficiles suite aux deuils simultanés de son père et de sa relation amoureuse à la fin 2012, elle a été confrontée à ses limites et est allée chercher de l’aide extérieure pour y voir plus clair dans sa vie. Avec tous ces bouleversements, elle souhaitait mieux cerner ses priorités et les valeurs sur lesquelles elle allait désormais se concentrer pour redonner un sens à son parcours personnel et professionnel.

« Toutes les ressources ne sont pas toujours en nous » et il est parfois utile d’aller chercher une aide ou une écoute extérieure. Il existe toutefois une immense pression sociale, constate-t-elle, pour « performer » et afficher un bonheur épanoui. Les réseaux sociaux amplifient ce phénomène, car nous avons l’impression qu’il faut toujours se présenter sous son meilleur jour : pas beaucoup de place pour l’imperfection ! Il faut faire attention à ce « piège du bonheur », nous dit Marie-Claude. 

Elle en témoigne dans son ouvrage: « L’industrie des coachs de vie, du développement personnel et du self-help est plus florissante que jamais. Le bonheur est devenu un impératif, au même titre que la minceur et le succès professionnel. Santé physique, équilibre mental, vie de couple, finances : on met constamment en avant la nécessité d’avoir toujours une attitude volontaire et « positive », parfois au mépris de la réalité. En se faisant constamment répéter que nous sommes les seuls artisans de notre bonheur, il en découle que nous nous sentons aussi coupables de ne pas être « assez » heureux ou de vivre des émotions difficiles. C’est pernicieux et culpabilisant. »

La croissance personnelle, en popularité… croissante!

Tout le monde sait que les aléas en démarrage d’entreprise sont nombreux. Des émotions de joie et de fierté intenses peuvent s’enchaîner avec des déceptions immenses. Le stress et les peurs inconscientes que vivent les entrepreneurs peuvent avoir des répercussions sur leur santé mentale et physique, sur le succès de leur business et toucher leur famille en entier. Quand vient le temps de se relever d’un échec, plusieurs entrepreneurs se remettent en question, commencent à douter d’eux-mêmes. Or, la confiance en soi est un moteur essentiel tout au long du parcours entrepreneurial. Celle-ci est souvent mise à l’épreuve; l’instabilité de l’économie, des marchés, de l’emploi et les défis de gestion ne sont pas étrangers à ces hauts et ces bas émotionnels.

Pas étonnant que le marché de la croissance personnelle soit si lucratif! Selon The Observer (28 décembre 2013), et tel que relaté dans La dictature du bonheur, les ventes d’ouvrages de self-help auraient bondi de 96%, entre 1991 et 1996. Les ventes mondiales de 2014 dépassaient 10 milliards $ en librairie dans la catégorie « croissance personnelle ».

« Aux États-Unis, selon la firme américaine Marketdata, le marché du développement personnel, incluant les livres, DVD et CD de motivation, les ateliers, le coaching personnel, la formation dans des instituts spécialisés et les programmes de gestion du stress représentait près de 10 milliards $ en 2011, ayant presque doublé depuis 2000. Dans ce contexte, la Loi de l’attraction, ou l’idée selon laquelle nous pouvons créer notre propre réalité et attirer le succès par nos pensées, s’est frayée un chemin entre les murs des cubicules de l’Amérique du Nord. Les entreprises elles-mêmes contribuent au phénomène en achetant des lots de livres de motivation pour leurs équipes et en embauchant des conférenciers pour venir transmettre l’évangile à leurs employés », rappelle Marie-Claude.

Gare aux charlatans!

Les ateliers de croissance personnelle, les conférences de développement de soi et les coachs de vie peuvent permettre de briser l’isolement des entrepreneurs et peuvent contribuer à une conscientisation améliorée de leurs émotions. Sans dénigrer l’ensemble des intervenants proposant des services d’accompagnement dans le cheminement personnel et entrepreneurial, Marie-Claude Élie-Morin met cependant en garde les entrepreneurs contre les intrus de l’industrie du coaching de vie.

À cause de l’état parfois vulnérable des gens au moment où ils vont chercher un support extérieur, il lui apparaît pour le moins prudent de se renseigner en profondeur, en amont, sur les différentes approches préconisées par les motivateurs et les coachs sollicités telle que la programmation neuro-linguistique aussi appelée PNL, d’établir ses limites quand au pouvoir qu’on souhaitera laisser à ces derniers dans l’éventualité d’un coaching, et d’avoir des attentes réalistes sur les retombées de notre démarche.

« Il y a beaucoup de charlatans dans ce domaine, notamment une puissante tendance vers la « pensée positive » et « la loi de l’attraction », ce qui me donne de l’urticaire. Les coachs peuvent nous aider à clarifier nos objectifs en établissant un plan d’action réaliste avec nous, mais je me tiendrais loin de quiconque promet de transformer votre vie ou de vous rendre millionnaire avec une formule magique. Il ne suffit pas de visualiser le succès pour créer une entreprise ou mener un projet à bien; il faut identifier les obstacles qui se dressent devant nous de manière réaliste et se préparer à y faire face. C’est normal d’éprouver des moments d’insécurité, de doute et de découragement lorsqu’on développe un projet. J’en sais quelque chose! Un bon coach ou un bon mentor saura entendre nos fragilités et nous faire voir nos forces sans tenir un discours « positif à tout prix ». Parfois, ce qui est le plus rassurant, c’est de découvrir que tout le monde passe par les même émotions désagréables ou difficiles quand ils essaient de se lancer en affaires…Pour moi, le fait d’apprendre que c’était possible de me mettre en action ou de prendre des décisions tout en me sentant vulnérable a été incroyablement bienfaisant », avise-t-elle.cover la dictature du bonheur

Se procurer le livre La dictature du bonheur


À ne pas manquer la semaine prochaine:

Mon entrevue avec Andry Lant Rakoto, CEO des produits fins Marclan. Elle collabore depuis peu avec un mentor d’affaires qui l’aide à trier tous les aspects prioritaires de son développement de marché et lui apporte un support essentiel pour un meilleur « savoir-être » en affaires.

Donc, c’est un rendez-vous!

Karina Brousseau, éditrice

 

50 NUANCES ÉMOTIVES DES ENTREPRENEURS

Solange Côté, ASC

Solange Côté, ASC

« N’oublions pas que les petites émotions sont les grands capitaines de nos vies et qu’à celles-là nous y obéissons sans le savoir. » Vincent Van Gogh

Le philosophe René Descartes (1596 – 1650) a été l’un des premiers à aborder le sujet des émotions dans son traité Les passions de l’âme. La seule évocation de ce titre campe de façon puissante toute l’importance des émotions dans nos vies. Que nous soyons entrepreneurs, chanteurs ou jongleurs, les émotions modulent nos actions et j’irais jusqu’à dire que pour certaines personnes, elles sont aussi vitales que l’oxygène!

Une question d’étiquette?

Il est souvent inutile d’ouvrir la bouche pour faire savoir ce que l’on pense. Nos émotions parlent pour nous. Plusieurs grands acteurs avouent sans ambages être morts de trac avant de monter sur scène. Le trac dans le monde des émotions c’est de la peur, de l’angoisse. L’étiquette que l’on met sur ce que l’on ressent, change-t-il la réalité? Tout n’a pas été dit sur les émotions, les classifications se raffinent et se peaufinent selon les grands spécialistes du domaine.

J’ai lu dans les 4 derniers articles de ce blogue les termes joie, peine, confiance, crainte et autres. Plus que des mots, ces émotions ont du pouvoir et sont susceptibles de modifier le cours d’une transaction de façon positive ou négative, d’impacter la longévité de l’entreprise ainsi que celle de l’entrepreneur en affaires.

Malsaines, les émotions?

Est-ce que vous avez des émotions ou est-ce que ce sont plutôt vos émotions qui vous ont?

À question sibylline, réponse terre à terre. Apprendre à reconnaître l’émotion ressentie (d’autres diraient apprendre à se connecter à soi) s’avère un pas important dans la connaissance de soi et dans le pouvoir de gérer ce qui est présent, d’adopter le bon comportement, d’éviter ce qui pourrait possiblement être dommageable comme la perte d’un client majeur ou encore des problèmes de santé (burn-out, ulcères d’estomac, etc.).

Si votre pouls augmente de façon inconsidérée et que votre cœur bat la chamade face à votre conjoint(e), vous n’en ferez pas la même lecture que si les mêmes symptômes se manifestent face à un client qui contesterait une entente et qui vous traiterait de tous les noms. Pas question ici de faire du déni, ni de revêtir votre habit de teflon. Dans cet exemple-ci, la colère est présente, la contrariété également et plus encore. Libre à vous de répliquer en utilisant votre répertoire exotique ou de demeurer stoïque et de vous serrer les poings.

Les émotions existent et s’accompagnent la plupart du temps de signes physiques comme le ferait un thermomètre. Frédéric René a d’ailleurs témoigné à cet effet dans l’article Le corps, ce partenaire d’affaires capricieux. Si vous n’en dormez plus la nuit, que l’arrivée du relevé bancaire vous stresse et que vous sursautez au simple battement d’ailes d’un papillon, voilà autant d’indicateurs vous recommandant fortement de « prendre soin de l’entrepreneur en vous ».

Quand on démarre son entreprise, on vit plusieurs nouvelles expériences qui génèrent nécessairement des émotions nouvelles également. Ainsi, la première fois qu’une charge émotive s’empare de vous, il est normal d’être décontenancé. Que l’expérience soit plus ou moins excitante ou contrariante, les émotions de la première fois se nuancent avec le temps. Des situations semblables se répéteront et la répétition du phénomène, sans faire disparaître les émotions, les rendra plus « gérables ». Reconnaître ce qui est présent, analyser la situation de façon impartiale, avoir quelqu’un avec qui parler (un mentor, un coach, une personne de confiance) sont autant d’outils possibles.

« Prendre soin de l’entrepreneur en vous », c’est également une question d’hygiène de vie. Parfois, il faut mettre les bouchées doubles, rogner sur les heures de sommeil, faire sa comptabilité les fins de semaine, mais se garder des plages de récupération est essentiel à la réussite. Pour reprendre l’analogie de Karina Brousseau dans sa dernière entrevue avec Isabelle Moïse, le « marathonien » ne court pas de la même façon que le sprinter. En qualité de marathonien des affaires, les entrepreneurs doivent doser leurs efforts.

Un équilibre émotif fragile

Les trois entrepreneurs suivis dans ce blogue ainsi que Mélanie Heyberger, nouvelle participante, ont fait montre d’une très grande générosité en s’ouvrant avec autant d’honnêteté et de lucidité sur la présence des émotions dans le cycle de vie de leur entreprise. Conscients des émotions ressenties, ils font tout pour ne pas se laisser happer par celles-ci, signe éminent de maturité et également d’équilibre.

Et pourtant, il suffira d’un geste ou d’un mot pour qu’une nouvelle charge d’émotions bouleverse ce bel équilibre….

« Prendre soin de l’entrepreneur en vous », c’est une question d’équilibre à protéger au quotidien…


À ne pas manquer la semaine prochaine:

Nouvelle thématique sur le blogue Le feu sacré: le coaching et le mentorat d’affaires en démarrage d’entreprise. Un sujet qui rejoindra assurément un grand nombre d’entrepreneurs.

Pour débuter sur la question, je vous présenterai mon entrevue avec Marie-Claude Élie-Morin, journaliste et auteure du livre La dictature du bonheur. On abordera la question de la dictature du bonheur en affaires et le rôle discutable des coachs de vie personnelle et professionnelle.

Également, tout au long du mois de juin, les 3 entrepreneurs suivis dans ce blogue se confieront sur le rapport qu’ils entretiennent avec leur mentor, les limites qu’ils s’imposent ou non dans le dévoilement de leurs activités d’affaires ou leurs états d’âmes avec eux, leur rapport à la critique, etc.

Donc, c’est un rendez-vous!

Karina Brousseau, éditrice