Le corps, ce partenaire d’affaires capricieux

Se lancer en affaires comporte son lot de moments d’émotions intenses. Le corps est souvent aux premières loges des démarrages et témoigne des efforts psychologiques et physiques fournis par les entrepreneurs pour s’adapter à leur réalité.  J’aborde avec Frédéric René, co-fondateur de la startup de e-commerce LikiSoft, la question de la somatisation et des défis de gestion du stress dans le cadre du dossier spécial sur le spectre des émotions en démarrage d’entreprise, sur le blogue Le feu sacré.


rubber-duck-546253_1280

Tout en contrôle, comme un canard sur l’eau…

Depuis 2 ans, Frédéric René doit porter, la nuit, un appareil dentaire conçu pour l’empêcher de grincer des dents et l’aider à relâcher sa mâchoire. Sans qu’il ne le ressente le jour durant, son corps lui envoie des signes de tensions corporelles. De type mince, au métabolisme « nerveux », il avoue se sentir beaucoup plus stressé qu’avant, alors qu’il enseignait la physiothérapie à l’Université d’Ottawa. Il sent aussi que sa personnalité a un peu changé dans les dernières années: il est beaucoup moins prompt à lâcher son fou et à faire des blagues.

Pourtant, de l’extérieur, rien n’y paraît: il est comme « un canard sur l’eau ».

Flegmatique, réfléchi, tempéré, toujours avenant et souriant, il inspire confiance à tous ceux qu’il rencontre. Il exerce un rôle de leader très attentif à ses acolytes, une figure presque paternelle.

Cependant, paraître calme en surface malgré le fait qu’on pédale comme un forcené sous l’eau pour avancer n’est pas toujours facile.

Il s’en confesse: « Mon corps me parle! Depuis que je suis en affaires, je suis enthousiaste et passionné par l’évolution de l’entreprise, mais je suis également plus préoccupé. Je suis plus sollicité, la charge de travail est vraiment prenante, et les moments d’insécurité financière, entre autres, me drainent parfois mon énergie. »

Un cercle vicieux

Pour Frédéric, ce qui est le plus difficile à gérer c’est la fatigue, puisqu’elle amplifie les émotions négatives comme le découragement.

« C’est un cercle vicieux! Au début, tu te refuses à toi-même un moment d’arrêt car tu es débordé et tu sais que la pile de dossiers va continuer de grossir pendant ton absence. Tes réflexions s’embrouillent peu à peu. Puis, tu continues à travailler et tu commences à douter de toi quand vient le temps de prendre des décisions, car tu te fais moins confiance d’avoir sous-peser l’ensemble des facteurs influents. En parallèle, tu deviens mauvais juge de tes émotions et ta perception de la réalité peut être déformée. Le risque est réel, surtout si tu n’es pas entouré de gens en qui tu as confiance et qui savent comment te garder les pieds sur terre. C’est un classique! Mais le corps est témoin de tous ces efforts et, tôt ou tard, il nous ramène à l’ordre! Heureusement, mon frère et partenaire d’affaires Jean-François et moi on s’épaule beaucoup en ce sens-là.» admet-il.

Surprise!

Si se présenter comme un entrepreneur en contrôle est nécessaire pour rassurer les employés, les investisseurs, les partenaires, les clients, l’exercice est un effort constant pour Frédéric. D’autant plus que l’émotion la plus régulièrement ressentie par Frédéric, au jour le jour, est sans contredit la surprise, dans les aléas lors du démarrage en affaires!

« Tu ne sais jamais ce qui te pend au bout du nez, quel défi se présentera dans la semaine et tout au long de la croissance de l’entreprise, au gré des nouveaux mandats. La clé, c’est d’apprendre à la vitesse grand V! C’est carrément une question de survie pour l’entreprise. » avise -t-il.

Gérer les attentes

Quand on démarre, que notre entreprise prend son envol, on est confronté à des défis de gestion toujours plus grands. On veut bien s’entourer, s’assurer de maîtriser les outils techniques et administratifs pour parvenir à nos fins à chaque nouvelle étape. Mais on ne sait pas tout (!) et on réajuste perpétuellement nos priorités.

Frédéric est bien placé pour en témoigner: « On le sait tous en théorie: il faut gérer les attentes des autres et les nôtres puis reconnaître nos limites. On sait aussi que c’est normal de ressentir de l’impuissance à l’occasion et que l’on doit pratiquer le détachement. Cependant, ce n’est pas facile à accepter. On voudrait être invincible et tout réussir du premier coup. Mais quand on se rend compte que l’on fait des erreurs et qu’on se sent ébranlé, il faut s’organiser pour retomber rapidement sur nos pieds et faire face au défi suivant.”

Volcan tranquille

« Une fois, je l’avoue, j’ai déjà pété ma coche! C’était à l’époque de notre première startup Les enchères Bidou. Lors d’une réunion d’actionnaires, j’ai même crié! Cette fois-là, je m’étais moi-même surpris, puis m’en étais un peu voulu. D’habitude, j’ai plutôt tendance à contenir mes émotions. » avoue Frédéric.

“Je reste aussi plus stoïque face aux bonnes nouvelles. J’attends de voir l’évolution des choses, j’observe, je ne vends pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Je me protège contre la déception”, poursuit-il.

Il se décrit lui-même comme un perfectionniste et un idéaliste. S’il ne se donne généralement pas beaucoup droit à l’erreur, il se pardonne plus facilement quand les revers sont dus à des éléments hors de son contrôle. Et il se fait un devoir d’en tirer des leçons.

«  Mon mentor d’affaires est également entrepreneur. Il m’a dit un jour qu’il fallait toujours tenter de retirer quelque chose de positif même dans les situations difficiles. Je tente d’appliquer ce principe aux émotions également. J’essaie de saisir les opportunités de grandir, de cheminer pour devenir sans cesse une meilleure personne, un meilleur entrepreneur. »


Vous pourriez aussi aimer:

Un démarrage d’entreprise haut en émotions:
Mon entrevue avec Andry Lant Rakoto des produits fins Marclan, qui se confie elle aussi, entre autres, sur l’importance de son mentor d’affaires. Il lui donne un support émotif crucial et l’aide à travailler son « discours intérieur » pour préserver sa confiance en elle dans les périodes difficiles de son démarrage d’entreprise.

À ne pas manquer la semaine prochaine:

Mon entrevue avec Isabelle Moïse, d’iMoïse Conseil, consultante en marketing événementiel à son compte depuis 1 an. Comme elle est personnellement, en quelque sorte, son propre « produit », on abordera entre autres la question de la gestion des émotions et des énergies pour pouvoir durer tout au long du « marathon » sur la route des affaires.

Donc, c’est un rendez-vous!

Karina Brousseau, éditrice du blogue

2015: Pas de résolution, et puis après?!

Croyez-vous en l’astrologie? Moi non, mais ça m’amuse beaucoup.

Et, force est d’admettre que pour Isabelle Moïse, consultante à son compte depuis exactement 14 mois, les prédictions de l’horoscope chinois tombent pile!

« Côté professionnel, l’année du Cheval (2014) vous a stabilisée et les résultats sont rassurants. Vous démarrez donc d’un très bon pied cette année de la Chèvre, chèvre qui s’assume et s’émancipe à la fois. » (tiré du site du magazine Marie-Claire

Bilan 2014

Comme le prédisaient les astres, l’année 2014 a effectivement été pour Isabelle une année de stabilisation.

Lorsqu’elle s’est officiellement lancée en affaires en novembre 2013, elle repartait littéralement à zéro dans toutes les facettes de sa vie. Et, quand on vient de « naître », on observe, on y va parfois à tâtons, c’est un apprentissage.

Franchement, elle confie: « … compte tenu des circonstances, je n’avais pas au départ de très grandes ambitions pour ma première année à mon compte. Je ne me mettais pas de pression pour l’atteinte d’un chiffre d’affaires particulier. J’y allais humblement, en « mode éponge ». J’voulais semer des graines, me positionner, faire des contrats en quantité suffisante pour en vivre, mais surtout valider que j’allais vraiment aimer ça, travailler à mon compte! Parce que la théorie, et le terrain, c’est deux mondes! »

photo 2-1

Une expérience grisante

Le constat, au terme de ces derniers mois en activité, est qu’elle ne regrette pas d’être partie à son compte et elle a réalisé les objectifs qu’elle s’était fixés. Elle a su dompter (en partie du moins!) ses appréhensions et son anxiété rattachée à l’arrivée constante de nouveaux contrats. Elle apprécie la liberté que lui a offert cette année d’autonomie.

« Le challenge intellectuel, le fait d’être constamment sur le qui-vive, de définir ta propre éthique de travail, de décider des tangentes empruntées et d’être le maître-d’oeuvre de A à Z, ça apporte beaucoup de pression, certes, mais aussi un très grand sentiment d’accomplissement, de fierté. C’est très grisant, et ça m’a sortie du confort parfois ressenti en entreprise, à certains stades d’ancienneté. C’est une aventure très enrichissante au plan personnel, vraiment!»

Bien sûr, le niveau d’énergie aura beaucoup fluctué au cours de cette année de baptême d’affaires, mais ça l’aura obligée à pratiquer le « lâcher-prise », à devenir plus résiliante. À faire (de plus en plus…) confiance. Et surtout, à exercer sa patience!

Un engagement lié à nos priorités de vie

Elle l’avoue: « Je n’en suis pas encore à l’expansion de mon entreprise: je suis toujours en phase d’observation. Je prends le temps de bien faire les choses. J’ai encore quelques incertitudes à clarifier. J’n’ai pas de doute quant à mes capacités à mener ma barque, mais plutôt certaines interrogations liées au stade où j’en suis dans ma vie personnelle. Etre à son compte demande énormément d’énergie, exige de travailler de longues heures qui grugent nécessairement beaucoup de temps sur notre vie personnelle. La question des priorités de vie, en général, me fait réfléchir. »

En affaires comme en amour…

Un des constats cette année, c’est qu’une série de similitudes peuvent être établies entre l’apprentissage du travail autonome et le célibat.

Dans les deux cas, on s’affranchit du regard de l’autre (du conjoint ou de l’équipe).

On ne doit plus dépendre « d’approbation » dans sa prise de décisions pour avancer, on doit faire ses choix par soi-même, s’assumer en pleine confiance. Autrement dit, on doit se ré-approprier sa liberté et devenir autonome, au sens propre comme au sens figuré.

Et la plus belle leçon qu’Isabelle aura tirée cette année: l’importance d’assumer son indépendance et se faire confiance!

Qu’est-ce qui se trame en 2015?

Pas de résolution particulière en 2015 pour Isabelle, mais des projets plein la tête!

C’est avec passion qu’elle s’attaque entre autres aujourd’hui à l’organisation du 6e congrès mondial du SIDIIEF (qui a lieu tous les 3 ans). Plus de 1500 infirmières de la francophonie mondiale et autres professionnels de la santé seront à Montréal pour des panels, des formations et conférences diverses portant sur la prévention des maladies chroniques et les défis y étant rattachés. Un mandat à haute visibilité pour elle et dont elle « accouchera » avec l’équipe du SIDIIEF cet été. À surveiller!

Sinon en 2015, Isabelle envisage l’établissement d’un éventuel partenariat avec un autre organisateur d’événements. « Un partage des tâches serait bénéfique et permettrait d’opérer un réel développement des affaires. Ce serait aussi plus stimulant de travailler en équipe, facette qui me manque beaucoup actuellement. » mentionne-t-elle.

L’élargissement de son réseau fera, comme toujours, l’objet d’une attention particulière et elle poursuivra son implication bénévole comme présidente du comité Lueur d’Espoir, de la Fondation CHU Sainte-Justine. De plus, elle vient d’être élue au conseil d’administration de l’organisme Impulsion-Travail. Un nouveau défi intéressant pour elle!

Elle prévoit ajouter également une certification PMP du PMI à son curriculum vitae.

Sondage de la semaine:

À suivre mardi la semaine prochaine:

Exclusif: 13 « rockstars du milieu des affaires » à Montréal se prononceront sur les résolutions trop souvent négligées par les entrepreneurs en démarrage!

Blogueurs émérites, entrepreneurs à succès, coachs et mentors ont répondu à l’invitation que je leur ai lancée. Leurs commentaires concluront avec pertinence notre thématique de janvier!

Donc, à la semaine prochaine!

Karina Brousseau, éditrice du blogue